Wednesday, 22 March 2017

Sherlock Holmes : l'héritage réalisé par Paul Bernays



Dans les romans d'Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes utilise des méthodes scientifiques pour confondre les coupables. Il a recours à la chimie, étudie les traces de sang et les moindres indices. Une manière de faire totalement révolutionnaire pour l'époque, qui a inspiré les véritables enquêteurs. Des experts de la police scientifique, des historiens et des spécialistes du détective en témoignent.

La nuit des éléphants réalisé par Thierry Machado



Ce documentaire raconte l'odyssée d'un éléphanteau et de sa famille sous la conduite de sa mère, devenue matriarche. Un voyage long de plusieurs centaines de kilomètres à travers les espaces sauvages et désolés de l'Afrique australe, une route qu'empruntent les éléphants depuis des millénaires. Ces grands mammifères en gardent la mémoire et la transmettent ainsi aux générations suivantes. La chaleur de la journée poussant les éléphants à se déplacer la nuit, les documentaristes ont alors filmé la vie nocturne des savanes africaines. Dans le secret de la nuit, des animaux vaquent à leurs activités, comme les lycaons, les otocyons, les oryctéropes, les hiboux et les porcs-épics

1950-1957, dans les coulisses du traité de Rome réalisé par Martin Fraudreau



De l'idée de Jean Monnet d'une armée européenne transnationale à la suppression des frontières douanières, sept ans dans les coulisses du Traité de Rome. Un documentaire-fiction "embarqué" dans la grande et les petites histoires de l'Europe.

Le 25 mars 1957, six pays, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France, signent le traité de Rome, créant ainsi le marché commun et l'Euratom (Communauté européenne de l’énergie atomique). Cet accord historique scelle le rapprochement d'une partie de l'Europe après les déchirements de la Seconde Guerre mondiale, et valide surtout la naissance d'une alliance franco-allemande, qui ne s'est pas démentie depuis. Pourtant, cette première étape d'un projet plus ambitieux (les États-Unis d'Europe) faillit ne jamais voir le jour. Depuis l'impulsion initiale donnée par Jean Monnet en 1950, les revirements sans fin (notamment de la France) et la complexité des intérêts nationaux parfois opposés ont longtemps retardé l'échéance, jusqu'à la compromettre. En coulisses, pourtant, certains politiques ont toujours cru à l'Europe, comme le combatif ministre belge Paul-Henri Spaak.

Diplomatie dévoilée
De l'idée de Jean Monnet d'une armée européenne transnationale à la suppression des frontières douanières, le film de Martin Fraudreau raconte la genèse de l'Europe en redonnant vie aux idéaux de ses "pères", du Belge Paul-Henri Spaak au chancelier Konrad Adenauer, dont il restitue la dimension humaine et visionnaire. Mêlant images d'archives et reconstitutions, ce passionnant documentaire s'invite dans le secret des tractations, au cœur des plus hautes sphères du pouvoir. Les témoignages d'origine diplomatique, récemment dévoilés, les écrits d'historiens et les récits des acteurs directs permettent de décadenasser les huis clos politiques du passé pour éclairer la scène ouverte du théâtre politique.

La bataille pour l’Europe réalisé par Achim Scheunert



Ce documentaire décrypte les origines de la crise actuelle et présente les diverses stratégies géopolitiques qui ont influencé l’histoire de l’Union depuis sa création. Peut-on encore sauver l’Union européenne, et si oui, à quel prix ? État des lieux.

Le Brexit a déclenché un séisme politique. L’Union européenne est-elle à terme condamnée ? Ou cette décision agira-t-elle au contraire comme un électrochoc et renforcera-t-elle la cohésion entre États membres ? Ce documentaire décrypte les origines de la crise actuelle et présente les diverses stratégies géopolitiques qui ont influencé l’histoire de l’Union depuis sa création. Il met en lumière le rôle majeur des États-Unis dans la réconciliation d’après-guerre – notamment afin d’endiguer la montée du communisme sur le Vieux Continent – et analyse les conséquences des chocs pétroliers et de l’avènement du néolibéralisme sur l’économie et la politique européennes. Depuis la chute de l’URSS, l’UE a sombré dans une profonde crise identitaire. Alors que le scepticisme à l’égard des institutions communautaires augmente, les partis d’extrême droite gagnent du terrain. La victoire de Donald Trump aux présidentielles américaines de novembre 2016, qui menace l’ordre géopolitique mondial, accroît encore les incertitudes. Peut-on encore sauver l’Union, et si oui, à quel prix ? État des lieux.

« Messieurs les censeurs, bonsoir ! » réalisé par Valérie Manns



En janvier 2015, la rédaction de Charlie-Hebdo est décimée par des terroristes islamistes. La France bouleversée qui se croyait libre de tout dire comprend qu'il n'en est rien. La censure, loin d'avoir disparu, existe toujours en France, sous une forme nouvelle, désormais aux mains de la société civile, invisible, protéiforme, arbitraire. «Messieurs les censeurs, bonsoir» explore les formes actuelles de la censure en France, dans les domaines de l'art et de l'information, du «Piss Christ» d'Andres Serrano à «La Religieuse» de Jacques Rivette en passant par les caricatures de Mahomet ou «Le Mur» de Dieudonné.

« Messieurs les censeurs, bonsoir ! », dont le titre est un clin d'œil à la phrase la plus célèbre de l'histoire de la télévision, lancée en 1971 par Maurice Clavel sur le plateau de l'émission « À armes égales », explore les formes actuelles et passées de la censure en France, dans les domaines de l'art et de l'information. Raconter l'histoire de la censure, c'est raconter les évolutions de la société et de son rapport à l'État.

Le port du Havre, un monde de démesure réalisé par Élise Casta-Verchère



Véritable poumon économique de la France, le port du Havre est le premier pour le commerce extérieur du pays. Un gigantesque «hub» européen, qui voit passer chaque année près de 68 millions de tonnes de marchandises. Doté d'une infrastructure exceptionnelle, le Havre peut accueillir les plus gros porte-conteneurs du monde. Chaque jour, ce sont cinquante navires qui transitent par le port, tandis que plus de 15 000 employés s'activent en permanence pour s'occuper des chargements et déchargements. Ce documentaire s'intéresse à toute la chaîne de ces marchandises, de leur arrivée à leur livraison.

Monday, 20 March 2017

Cocottes et courtisanes dans l'oeil des peintres réalisé par Sandra Paugam



Comment l'essor de la prostitution au XIXe siècle a inspiré les plus grands peintres modernes. Une évocation érudite et haute en couleur de la condition des femmes de l'époque.

Courtisanes, demi-mondaines, cocottes, filles de joie, grandes horizontales, danseuses, lorettes, grisettes, filles de brasserie, buveuses, trotteuses, pierreuses... : si le vocabulaire désignant les prostituées au XIXe siècle s'avère si riche, c'est qu'il prend la mesure de l'ampleur nouvelle que connaît à cette époque le plus vieux métier du monde. Alors en plein essor, le capitalisme bouleverse les conventions, et, en opposition avec un second Empire obsédé par la vertu, favorise la marchandisation des corps féminins. De la courtisane de haut vol à la pierreuse, arpentant les mauvais trottoirs des faubourgs, l'image de la femme "légère" s'étoffe et se diversifier.

Nouvelles muses
L'oeil des peintres ne manquera pas d'accompagner cette évolution des moeurs. Ces muses d'un genre particulier inspirent de nouveaux défis à la modernité picturale. De Manet à Picasso en passant par Degas, Van Gogh et Toulouse-Lautrec, les peintres qui les représentent s'affranchissent des règles académiques et trouvent de nouvelles voies. En revisitant certaines oeuvres et les archives de la police des moeurs, le film de Sandra Paugam explore la relation incandescente entre l'art et le sexe tarifé. Richement documenté, Cocottes et courtisanes... est autant un documentaire sur la condition des prostituées qu'une réflexion sur le regard artistique qui lui est porté. Un film miroir, qui renvoie la société de l'époque à ses hypocrisies et à ses angles morts.

Le stylo, notre signature réalisé par Hélène Macourant



À plume, à bille ou feutre… le stylo fait partie de notre vie. D'autant plus qu'écrire, c'est inscrire notre trace. Une marque de territoire, d'identité. Notre rapport à cet objet n'est pas neutre : Amélie Nothomb n'écrit qu'au Bic Cristal, symbole d'humilité. Daniel Pennac qu'au plume, objet de passion, partagée avec Jean-Christophe Rufin, si fétichiste qu'il n'a pu finir Rouge Brésil qu'avec un plume particulier, rafistolé.

Certains valent des dizaines de milliers d'euros, neufs ou de collection. Ce sont des symboles de pouvoir. Au point que les stylos présidentiels, plutôt des billes aujourd'hui, sont parfois discrètement volés par les chefs d'État. Ou distribués, comme ceux des présidents américains qui par tradition les donnent à tous les participants à l'élaboration d'une loi le jour de sa signature, dont l'écriture est morcelée en autant de petits traits que de stylos offerts. Un rituel. Le stylo raconte aussi notre société. Qui se souvient que le Bic a été interdit à l'école pendant presque 10 ans, au point de faire exclure en 1959 une élève qui voulait absolument s'en servir ? Les modernes contre les anciens... Mais personne n'a oublié qu'il est le symbole de la liberté, comme après l'attentat contre Charlie Hebdo. C'est aussi cela, le stylo : le savoir, en mouvement.

À l’heure du numérique, certains prédisent sa disparition proche. Mais non. En ce début de 21ème siècle il se modernise, se connecte à l'ordinateur. Le stylo n’a pas dit son dernier mot !

Frères des arbres - L'appel d'un chef papou réalisé par Marc Dozier & Luc Marescot



Afin d’alerter sur les ravages de la déforestation, le chef papou Mundiya Kepanga invite à comprendre la forêt de l'intérieur. Un voyage poétique avec un guide d'exception.

Originaire des Hautes-Terres en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Mundiya Kepanga, chef de la tribu des Hulis, vit dans l'une des dernières forêts primaires de la planète. Elle abrite des espèces de plantes, d'arbres, d'insectes et d'oiseaux qui n'existent nulle part ailleurs. Sous l'effet de la déforestation, cet écosystème unique au monde est aujourd'hui menacé de disparition. Afin d'alerter l'opinion sur cette situation préoccupante, Mundiya partage, avec ses mots, son histoire et celle de sa forêt. Loin des statistiques et des rapports alarmistes, il parle, avec simplicité, de la nature, que ce soit lors de grandes réunions internationales, ou bien lors de rencontres avec des locaux. À travers ses questions, faussement ingénues, ce fervent défenseur de l'environnement – et fin observateur du monde occidental – pointe du doigt nos contradictions, et son regard s'inscrit comme un pont entre deux mondes. Un rôle de passeur qui l'a amené à offrir sa coiffe la plus précieuse au Musée de l'Homme. Avec cette donation, il adresse un message à l'humanité : sa forêt est un patrimoine universel qu'il faut sauvegarder.

Voix de la forêt
Après plus d'une dizaine de voyages à travers l'Europe et les États-Unis, que le réalisateur Marc Dozier a suivis, Mundiya est devenu l'ambassadeur des peuples autochtones. Dans ce documentaire captivant, il relate son parcours à la manière d'un conteur traditionnel, tout en faisant part de ses inquiétudes sur l'avenir des forêts. Riche de métaphores, son discours direct interpelle avec force.

Ils sont fous ces Romains ! réalisé par Françoise Cros de Fabrique



Dans le Sud de la France, le grand public se passionne pour les vestiges romains. Du haut de leurs 2000 ans d'histoire, les «vieilles pierres» attirent les touristes. Les villes d'Arles ou de Nîmes préservent et valorisent leur patrimoine romain en jouant la carte de l'animation. Ainsi, durant toute l'année - mais surtout en été -, des milliers de professionnels de la culture et du tourisme sont mobilisés pour animer, expliquer, magnifier, reconstituer, faire revivre l'Antiquité. Des spécialistes des combats de gladiateurs investissent les amphithéâtres, des milliers de passionnés envahissent les centres-villes, des pyrotechniciens font s'embraser le pont du Gard. Et les mairies multiplient les opérations : restauration des monuments, ouvertures de nouveaux lieux, organisation d'événements exceptionnels.

Île de Ré, les gardiens d'un paradis réalisé par David Perrier



Chaque été, la population de l'île de Ré, la plus chère et la plus chic de France, est multipliée par dix. Les vacanciers viennent y chercher une authenticité et un art de vivre. Protégé du tourisme de masse, ce bout de terre est resté à 80% inconstructible. Comment ceux qui y vivent et y travaillent perçoivent-ils les contraintes liées à sa préservation ? Sur place, comment les ostréiculteurs, les pêcheurs, les savonniers, les sauniers ou les agriculteurs défendent-ils leurs traditions ? Quel regard portent les anciens sur ce paradis, lieu de villégiature pour les familles riches et les stars du showbizz, relié au continent par un pont ?

Greenpeace - Comment tout a commencé réalisé par Jerry Rothwell



Un retour nostalgique sur les débuts du mouvement pionnier de l’écologie dans les années 1970. Tout à la fois drôle, dramatique et nostalgique, il présente des personnalités hautes en couleur : Bob Hunter, ex-journaliste pragmatique, l’agitateur Paul Watson, infatigable pourfendeur de la chasse à la baleine, ou encore Patrick Moore.

C’est dans l’effervescence du début des années 1970 qu’une poignée de jeunes activistes de divers horizons se rassemblent pour donner naissance à un mouvement qui marquera l’un des tournants politiques et culturels majeurs des cinquante dernières années : l’émergence de l’écologie politique. Alors que les États-Unis s’apprêtent à réaliser en 1971 des essais nucléaires au large de l’Alaska, un groupe de militants pacifistes et écologistes, journalistes, scientifiques ou hippies originaires de Vancouver, embarquent sur un chalutier pour entraver les essais et médiatiser leur cause. Cette première action directe non-violente – leur marque de fabrique – signe l’acte de naissance de Greenpeace, mouvement qui essaime bientôt à travers le monde. Conscients du pouvoir de l’image, ses fondateurs tenaient à garder des traces filmées de leurs actions. Ce film exceptionnel, qui revient sur leurs premières aventures, exploite ainsi mille cinq cents séquences d’archives en 16 mm, complétées d’interviews récentes et d’animations. Il montre comment l’idéalisme, le courage et le hasard ont pu initier un mouvement mondial, avec le but – d’abord assez flou – de sauver la planète. Tout à la fois drôle, dramatique et nostalgique, il présente des personnalités hautes en couleur : Bob Hunter, ex-journaliste pragmatique, l’agitateur Paul Watson, infatigable pourfendeur de la chasse à la baleine, ou encore Patrick Moore, qui a pris ses distances avec l'organisation aujourd'hui.

John Travolta, le miraculé d'Hollywood réalisé par Antoine Coursat



Star planétaire à l'ère disco puis un temps has been, John Travolta a su se réinventer, notamment grâce à Quentin Tarantino. L'électrisant portrait d'un virtuose du come-back et du déhanché, meilleur acteur que ses déboires ne le laissaient paraître.

Deux âges d'or, séparés d'une traversée du désert, la carrière de John Travolta ne manque pas de rebondissements. Issu d'un milieu modeste et artiste, John Travolta a travaillé tôt pour aider sa famille. Cet Italo-Américain, sexy en diable et doué pour la danse, dira plus tard avoir perfectionné son groove au contact de camarades de classe, majoritairement noirs. Au cours d'un stage dans un théâtre, il se fait remarquer par un imprésario. Il devient la vedette d'une série pour ados, et déclenche une "Travoltamania" galopante. En 1977, en pleine folie disco, il ouvre le générique de La fièvre du samedi soir, en arpentant la rue d’un pas chaloupé, et c'est l'hystérie générale, laquelle s'amplifiera avec la comédie musicale Grease. Mais plus vulnérable qu'il n'y paraît, John Travolta souffre de son statut d'homme-objet et des lazzis de la critique.

Autodérision
À cause de mauvais choix et de l'absence d'un mentor à ses côtés – le cinéaste Brian De Palma se serait bien vu en pygmalion mais l'échec de Blow out le met hors-jeu –, l'acteur enchaîne bientôt les bides et tombe dans l'oubli. Il renaîtra de ses cendres grâce aux vertus de l'autodérision, dans la saga Allo maman et, surtout, dans Pulp fiction, où, sous l'œil cinéphile de Quentin Tarantino, il accède au statut d'icône pop. Mieux conseillé, Travolta redevient bankable, enchaînant films d'action et cachets faramineux. Sur un rythme survolté, et grâce à un savoureux fonds d'archives, où abondent les tenues improbables, ce film conte cette carrière en dents de scie, sans gommer les zones d'ombre, comme l'appartenance de la star à la scientologie. Il pointe aussi ce qui a fait à la fois sa gloire et sa déveine : un étrange alliage de sex-appeal, d'androgynie et de naïveté. L'électrisant portrait d'un virtuose du come-back et du déhanché, meilleur acteur que ses déboires ne le laissaient paraître.

Sunday, 19 March 2017

Revenir à Fukushima réalisé par Marie Linton



Après décontamination de la zone de Fukushima, le gouvernement japonais encourage les résidents évacués à y revenir : ce film suit trois familles à l'heure du choix.

Saturday, 18 March 2017

La Vengeance du serpent à plumes réalisé par Gérard Oury



À son arrivée à Paris, Paco, terroriste international, est arrêté, tandis que sa maîtresse Laura rejoint ses complices : ils appartiennent tous au groupuscule terroriste et anarchiste, Ravachol-Kropotkine, dirigé par Paco. Pendant ce temps, Loulou Dupin, préposé au tire-fesse dans une station alpine, beauf dragueur, apprend que sa grand-mère est morte et qu'il est l'unique héritier de son appartement parisien. Il rejoint lui aussi la capitale.

À son arrivée, il a l'agréable surprise de trouver deux jeunes femmes dans son appartement : Valérie et Laura. Bien qu'il ait au départ l'intention de les faire partir, Laura le charme et le fait changer d'avis. Elle et ses partenaires (dont Valérie et son copain, spécialisé dans les explosifs) tiennent à garder leur logement, cache d'armes et de munitions, et point-clef de leur prochain coup d'éclat. Sa séduction de Loulou n'est guère difficile ; ses complices tentent également de le faire assassiner, ce qui par manque de chance est plus compliqué. Lorsqu'il entreprend de fouiller toutes les pièces à la recherche des louis d'or achetés et cachés par sa grand-mère, Laura est obligé de coucher avec lui pour le distraire. Heureusement pour les conspirateurs, le trésor est rapidement retrouvé, et ils peuvent se concentrer sur leur plan.

Ils enlèvent sans trop de problème Alix Lefébure, fils d'un banquier et industriel important, en vue d'un échange avec Paco. La séquestration de leur victime dans l'appartement de Loulou se déroule presque sans accroc. Le soir de l'échange, Laura et Loulou passent la nuit à l'hôtel, et Laura lui laisse un petit cadeau explosif avant de rejoindre les autres. Le singe d'Alvaro, le meilleur ami de Loulou, lui sauve la mise, en déposant le paquet à une réunion d'émirs. En rentrant chez lui, Loulou trouve l'appartement vide, quelques armes laissées sur place, et comprend qu'il a été berné de bout en bout lorsqu'il voit Laura, Paco (dont il avait vu une photo dans le portefeuille de Laura) et le reste de la bande à la télévision, s'enfuyant en avion.

Ayant retrouvé de faux passeports cachés derrière un miroir, il part pour le Mexique, où Laura lui avait dit avoir rencontré Paco. Alvaro et son singe sont recherchés pour la bombe qui a explosé à l'hôtel, et sont donc également du voyage. Loulou, recherché pour l'enlèvement de Lefébure, compte bien remettre la main sur Laura, au grand dam d'Alvaro. Après une grande discussion, Loulou finit par se résoudre à rentrer en France ; c'est alors qu'ils croisent l'un des terroristes, et le suivent jusqu'à leur nouvelle planque. Loulou se grime et aide les autres membres à charger une caisse mystérieuse dans un camion pour le Yucatán. De retour dans la planque, il découvre le copain de Valérie mort, et est peu après arrêté.

De concert avec la police française, qui les croit complices de Paco, la police mexicaine met en scène l'évasion de Loulou et d'Alvaro aidés par des guerilleros, afin de les filer pour retrouver Paco. Malheureusement pour eux, Loulou et Alvaro les sèment sans y prendre garde, et se retrouvent à Cancún, ville de réunion de vingt-trois chefs d’État, pour un sommet sur le Tiers monde. Ils voient de nuit les terroristes déposer un pilier supplémentaire sur la pyramide maya du lieu de la réunion, mais au moment d’inspecter ce curieux ajout, ils sont faits prisonniers par Paco et Laura. Emmenés dans une jeep conduite par Valérie, ils s’en sortent grâce au singe d’Alvaro. Ils neutralisent alors les autres terroristes, et révèlent à Valérie la mort de son ami, tué sur ordre de Paco. Celle-ci décide alors d'aider Loulou et Alvaro à enlever en hélicoptère le pilier surnuméraire, qui contient en réalité un missile nucléaire. Celui-ci tombe du pilier en pleine mer, et explose. Laura, que Loulou avait emmené avec eux, et définitivement séduite par ce dernier, lui avoue son amour, et aura un enfant de lui...