Sunday, 31 March 2013

ARTE: Jimi Hendrix réalisé par Stefan Morawietz


La légende de Jimi Hendrix par alxka

Quarante ans après sa mort, Jimi Hendrix continue d'inspirer les musiciens et suscite une immense ferveur en raison de sa créativité et de ses expérimentations sonores.

Originaire de Seattle, le guitariste connaît le succès dans les années 60 avec sa version de «Hey Joe». Il quitte l'Amérique divisée par la ségrégation pour l'Angleterre, qui laisse sa chance au rock avant-gardiste.

Son style, son charisme sur scène, sa virtuosité et son assurance fascinent et effraient. Le rythme effréné des tournées qui s'enchaînent pendant trois ans et demi lui coûtera la vie. Le 18 septembre 1970, un cocktail d'alcool et de médicaments est fatal à Jimi Hendrix, interrompant une carrière éclair.

Architectures: La maison de Jean Prouvé réalisé par Stan Neumann



Loger sa famille, la mettre à l’abri dans une maison individuelle. C’est ce vieux rêve de tous les Français que Jean Prouvé réalise en 1954, pour sa femme et ses enfants.

Construite avec des éléments préfabriqués, la maison de Jean Prouvé à Nancy ouvre l'ère des maisons individuelles à bas prix.Ingénieur autodidacte, architecte sans diplôme, Jean Prouvé est né en 1901. Dans une France où le béton est roi, Prouvé est l'homme du métal, de la tôle pliée puis de l'aluminium. Dès les années 30, il conçoit plusieurs modèles de maisons individuelles à bas prix, en kit et à monter soi-même, prêtes pour la fabrication en série. Mais aucun de ces prototypes ne débouche sur de véritables commandes. La France de la pierre et du béton trouve trop modernes, trop simples ce qu'on appelle alors dédaigneusement des machines à habiter. En 1953, Prouvé perd le contrôle de son usine, l'œuvre de sa vie. Il se lance alors dans la construction de sa propre maison, sur un terrain situé sur les hauteurs de Nancy, réputé inconstructible à cause de sa très forte pente.

Architectures: La maison de verre réalisé par Stan Neumann & Richard Copans



En 1928, l'architecte Pierre Chareau rénove un petit immeuble du 7e arrondissement de Paris et le transforme en habitation ultramoderne en pavés de verre.

Enveloppe translucide, conception spatiale sophistiquée, fluidité du plan et assemblage judicieux des espaces publics et privés caractérisent cette maison. Achevée en 1931 par l'architecte Pierre Chareau (en collaboration avec Bernard Bijvoet), la maison de verre comporte, au rez-de-chaussée, le cabinet du docteur Jean Dalsace, commanditaire de la maison et ami de l'architecte.La maison a été inscrite sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1965 et classée en 1982. La restauration est menée comme un chantier de fouilles, avec l'idée que cette démarche archéologique de restitution ne doit pas entraver la vie quotidienne de la maison et les aménagements nécessaires à l'évolution du cadre de vie.

Architectures: La villa Barbaro réalisé par Stan Neumann



La Villa Barbaro conçue par Andrea Palladio au XVIe siècle.

Aux environs de 1560, à Maser, les frères Barbaro, une des plus grandes familles de Venise, demandent à l’architecte Andrea Palladio de leur construire une maison de campagne et au peintre Paolo Véronèse d’en décorer les murs. L'ancien tailleur de pierre, Andrea Palladio, est l'architecte favori de la noblesse vénitienne pour laquelle il invente un nouveau type de résidence rurale, moitié palais, moitié ferme qu'on appellera la villa. La villa palladienne est une révolution. Pour la première fois "la grande architecture" se préoccupe de fonctions et d'habitat, cherchant à lier le beau et l'utile, la colonne de temple et la grange, au nom d'une nouvelle ambition architecturale et une nouvelle conception de la beauté. À travers la trentaine de villas qu'il construit entre 1550 et 1580, Andrea Palladio jette les bases de tout ce qui est ordonné et géométrique dans l'architecture occidentale. En contrepoint de la démarche rationnelle de Palladio, les fresques de Véronèse qui décorent la villa Barbaro sont un trompe l'oeil illusionniste unique en son genre, qui s'amuse à ouvrir partout des portes et des fenêtres imaginaires et fait dialoguer l'architecture réelle avec l'architecture peinte.

Architectures: La maison Sugimoto réalisé par Richard Copans



La maison Sugimoto est une grande maison de ville - plus de 15 pièces - avec un programme complexe, lié à l’activité familiale.

C'est une belle maison traditionnelle dans le centre-ville de Kyoto. Elle a été construite en 1743. Elle a été détruite dans le grand incendie de 1870. Heureusement, dans une petite cache en excavation, sous le plancher, les propriétaires avaient eu le temps de déposer l'autel des ancêtres et de plonger dans l’eau du puits le livre des Nen-Chu-Gyoji, livre dans lequel sont consignées les obligations de la maison. Ce livre a permis de reconstruire la maison à l'identique.Nous sommes à Kyoto, dans le quartier sud-ouest qui expose les chars majestueux de la fête de Gion, un des rares quartiers préservés de Kyoto : un quadrillage de la ville en îlots, selon des axes Nord/ Sud et Est/ Ouest, un quadrillage emprunté au VIIIème siècle à la capitale chinoise Chang’An.C'est la maison de la famille Sugimoto qui a construit sa fortune sur le commerce des tissus pour kimono. Aujourd'hui encore c'est un Sugimoto qui y demeure, un professeur d'université.

La maison France 5: Destination Tel Aviv réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

Décoratrice d'intérieur vivant à Tel Aviv, Rebecca Seror propose la visite de Neve Tzedek, le quartier branché de la ville.

Au sommaire:
Inspirer: Le mobilier malin - Modulables, escamotables, ou meubles deux en un: Les designers fourmillent d'idées pour adapter le mobilier à la vie moderne.
Choisir: Les dallages extérieurs - Gros plan sur les matériaux que l'on peut utiliser pour habiller le sol de sa terrasse: Il y a l'embarras du choix.
Rêver: Une longère aux accents acidulés - Deux décoratrices d'intérieur ont totalement rénové ce bâtiment situé en région parisienne.
Changer: Créer un lit mezzanine dans une chambre.

La maison France 5: Destination Jaffa réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

Toujours à Tel Aviv, Stéphane Thebaut et Rebecca Seror poursuivent leurs visites et rencontrent une des familles les plus influentes du pays en matière de mobilier et de design.

Au sommaire:
Inspirer: Une ambiance bucolique - L'été s'invite dans la décoration des intérieurs : papillons et fleurs lui donnent fraîcheur et légèreté.
Agir: Une maison légère et durable - Gros plan sur un habitat qui contient une ossature légère et durable tout en utilisant des matériaux recyclables.
Choisir: Les abat-jours - Conseils pratiques pour choisir l'abat-jour adapté à la déco de son intérieur et à son budget.
Rêver: Un atelier très singulier - Visite d'un ancien atelier parisien entièrement restructuré et transformé en loft.
Changer: Optimiser et sécuriser l'arrivée d'un escalier.

La maison France 5: Destination Tanger réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

La laine
Une maison des années 20
L’isolation
Un hôtel en Camargue, le Mas de la Fouque
Redistribuer des pièces pour créer une chambre

La maison France 5: Destination Jerusalem réalisé par Pierre Quatrefages



Stéphane Thebaut offre un panorama éclectique de tous les thèmes liés à la maison, grâce à une équipe de journalistes. Cinq rubriques hebdomadaires rythment ainsi La Maison France 5. «Inspirer» revisite toutes les facettes de la décoration. «Rénover» met en avant une maison ayant fait l’objet d’une très belle rénovation. «Choisir» se veut une rubrique de conseils d’achat, en fonction de ses besoins et de ses moyens. «Rêver» offre une escapade autour du monde dans des maisons originales en compagnie de leurs propriétaires. «Changer» permet de financer des travaux de réaménagement d’un espace de la maison grâce à l’intervention de deux architectes.

Installé à Jérusalem et à Herzliya, en Israël, Stéphane Thebaut s'intéresse aux carrelages et aux faïences, ainsi qu'aux piscines naturelles et aux vases.

Au sommaire:
Inspirer: Les vases
Agir : Les piscines naturelles
Choisir : Les carrelages et faïences
Rêver: La villa Saïd
Changer: Isoler une chambre existante en mezzanine

BBC: The Pink Floyd Story - Which One's Pink? directed by Chris Rodley



Over 40 years after Britain's foremost 'underground' band released their debut album Piper at the Gates of Dawn, Pink Floyd remain one of the biggest brand names and best-loved bands in the world.

This film features extended archive, some of it rarely or never seen before, alongside original interviews with four members of Pink Floyd - David Gilmour, Roger Waters, Nick Mason and the late Richard Wright - and traces the journey of a band that has only ever had five members, three of whom have led the band at different stages of its evolution.

Tracing the band's history from psychedelic 60s London to their reunion appearance at Live 8 in 2005, this is the story of a succession of musical and commercial peaks separated by a succession of struggles around the creative leadership of the band. Their story was given added poignancy by the 2006 death of their estranged frontman, Syd Barrett.

Pink Floyd spearheaded the concept album, never sold themselves as personalities and expanded rock way beyond its three minute pop song beginnings. Pink Floyd has made the four members very rich and has consumed their creative lives, but it hasn't always made them friends. When first meeting their American record company, one of the executives apocryphally asked, "Which one's Pink?". This film traces the reverberations of that question throughout the band's history.

First led by the innovative singer, songwriter and guitarist Syd Barrett, Pink Floyd were at the forefront of Britain's psychedelic era. After putting the band on the map with hits like Arnold Layne and See Emily Play, Barrett drifted out of the band after experimenting with LSD.

The three remaining members added Barrett's old Cambridge friend David Gilmour to the band on guitar and functioned as a communal unit while creating extended sonic explorations on albums like Atom Heart Mother and Echoes. While creating ever larger and more visually ambitious stage shows, the band personally shunned the limelight, taking the stage as four shadowy figures and never appearing on their album covers.

Gradually Roger Waters emerged as the band's key songwriter, creating those massive selling concept albums of the mid-70s, Dark Side of the Moon and The Wall, two of the biggest-selling and boldest albums of all time. But Waters's desire to control the band and the increasing passivity of the others eventually left to him leaving the band and the name after 1983's The Final Cut album.

David Gilmour eventually assumed control of the band, producing two globally-successful Pink Floyd albums, A Momentary Lapse of Reason (1987) and The Division Bell (1994), with the help of Nick Mason and Rick Wright. Meanwhile, Waters conducted a less commercially-successful solo career.

As a result of Bob Geldof's pleading, David Gilmour, Rick Wright and Nick Mason reunited with Roger Waters for one time only for 2005's Live 8, playing together for the first time in approximately 25 years.

Whether Pink Floyd will ever record or perform again with or without Roger Waters remains unclear.

Friday, 29 March 2013

Audio: Ott ‎- Blumenkraft



1. Jack's Cheese and Bread Snack (12:52)
2. Somersettler (7:31)
3. Splitting an Atom" (7:21)
4. Escape from Tulse Hell (7:12)
5. Cley Hill (7:32)
6. Billy the Kid Strikes Back (7:13)
7. A Load Up at Nunney Catch (7:18)
8. Spannered in Pilton (7:07)
9. Smoked Glass and Chrome (8:34)

Shpongle – Live In Concert at The Roundhouse London 2008



(WIKI) Shpongle is an English psychedelic downtempo/psybient music project formed in 1996. The group includes Simon Posford (aka Hallucinogen) and Raja Ram (one third of The Infinity Project). Their musical style combines eastern ethnic instruments and vocals with contemporary western synthesizer-based psychedelic music. When asked to describe Shpongle's music, Posford has responded that it is "like nothing you've ever heard before." Shpongle's first track, "Vapour Rumours", was released on TIP Records' Infinite Excursions compilation in 1996. Their debut album, Are You Shpongled?, was released in 1998 on Twisted Records.

Posford is generally responsible for the synthesizers, studio work, and live instrumentation while Raja Ram contributes broad musical concepts and flute arrangements. Raja Ram stated in an interview that "Shpongle" is an umbrella term for feeling positive and euphoric emotions. Shpongle's music is heavily influenced by psychedelic experiences and frequently makes use of sonic textures that approximate psychedelic states as well as vocal samples relating to consciousness expansion, hallucinations, and altered states of awarenesss. The track, "Divine Moments of Truth," for example, contains a vocal sample of Raja Ram describing the effects of Dimethyltryptamine.

Track listing: Ineffable Mysteries, Beija Flor, Dorset Perception, Periscopes Of Consciousness, I Am You, Star Shpongled Banner, My Head Feels Like A Frisbee, When Shall I Be Free?, No Turn Unstoned, Divine Moments Of Truth, Interlude, Nothing Is Something Worth Doing, Once Upon The Sea Of Blissful Awareness, Around The World In A Tea Daze.

Audio: Aphrodite´s Child - 666



1.1 The System (0:23)
1.2 Babylon (2:47)
1.3 Loud Loud Loud (2:42)
1.4 The Four Horsemen (5:54)
1.5 The Lamb (Instrumental) (4:33)
1.6 The Seventh Seal (1:30)
1.7 Aegian Sea (5:22)
1.8 Seven Bowls (1:29)
1.9 The Wakening Beast (Instrumental) (1:11)
1.10 Lament (2:45)
1.11 The Marching Beast (Instrumental) (2:00)
1.12 The Battle of the Locusts (Instrumental) (0:56)
1.13 Do It (1:44)
1.14 Tribulation (Instrumental) (0:32)
1.15 The Beast (2:26)
1.16 Ofis (0:14)

2.1 Seven Trumpets (0:35)
2.2 Altamont (4:33)
2.3 The Wedding of the Lamb (Instrumental) (3:38)
2.4 The Capture of the Beast (Instrumental) (2:17)
2.5 ∞ (5:15)
2.6 Hic et Nunc (2:55)
2.7 All the Seats were Occupied (19:19)
2.8 Break (2:58)

Modigliani directed by Mick Davis



(WIKI) Modigliani is a 2004 semi-biographical film of the Italian artist Amedeo Modigliani.

Set in Paris in 1919, biopic centers on the life of late Italian artist Amedeo Modigliani, focusing on his last days as well as his rivalry with Pablo Picasso. Modigliani, a Jew, has fallen in love with Jeanne, a young and beautiful Catholic girl. The couple has an illegitimate child, and Jeanne's bigoted father sends the baby to a faraway convent to be raised by nuns. Modigliani is distraught and needs money to rescue and raise his child. The answer arrives in the shape of Paris' annual art competition. Prize money and a guaranteed career await the winner.

Neither Modigliani, nor his dearest friend and rival Picasso have ever entered the competition, believing that it is beneath true artists like themselves. But push comes to shove with the welfare of his child on the line, and Modigliani signs up for the competition in a drunken and drug-induced tirade.

Picasso follows suit and all of Paris is aflutter with excitement at who will win. With the balance of his relationship with Jeanne on the line, Modigliani tackles this work with the hopes of creating a masterpiece, and knows that all the artists of Paris are doing the same. Once completed he calls his dearest friend to take the painting to the competition and to make sure no one touches it. While his friend is taking the painting, Modigliani is at City Hall waiting for him to get legally married with Jeanne. After being the last person to leave, he decides to celebrate with a one drink. Unfortunately his drinking habit made him drink a couple more than expected.

The competition was going to start at eight o'clock, and when he realizes he is late he leaves without paying. Two guys that work for the bar follow him and assault him, once they found no money they left him in floor half dead. He wasn't able to celebrate his victory, but when he arrived home Jeanne took care of him, but then his artist friends came and took him to the hospital. He dies later on and Jeanne commits suicide.

Woody Allen: A Life in Film - part II directed by Richard Schickel



The notoriously reclusive comedian/filmmaker Woody Allen forsook his characteristic silence to engagingly participate in this TV documentary. Speaking in his celebrated shambling, self-deprecatory manner (but generally avoiding jokes and one-liners), Allen discusses his cinematic philosophy, specifically his ongoing romance with New York City and his fascination with the female of the species. Woody's earlier, funnier comedies are given short shrift, leading the more impressionable viewer to conclude that Allen's directorial career began with the Oscar-winning Annie Hall. Though his films are generously represented with lengthy clips from Interiors, Manhattan, Broadway Danny Rose, Stardust Memories, Shadows and Fog, and the like, at least one of Woody's co-stars is conspicuous by her absence. For reasons that should be familiar enough to readers without further comment, Mia Farrow refused to allow any of her scenes to be used -- meaning that, for example, Hannah and Her Sisters was represented minus a single closeup or longshot of the titular Hannah. The documentary concludes with tantalizing samples from Allen's (then) newest theatrical release, Hollywood Ending. Written, produced, and directed by film critic/historian Richard Schickel, Woody Allen: A Life in Film debuted May 4, 2002, on the Turner Classic Movies cable network.

The Curse of the Jade Scorpion directed by Woody Allen



(WIKI) The Curse of the Jade Scorpion is a 2001 American film written, directed by, and starring Woody Allen. The cast also features Dan Aykroyd, Elizabeth Berkley, Helen Hunt, John Schuck, Wallace Shawn, David Ogden Stiers, and Charlize Theron. The plot concerns an insurance investigator and an efficiency expert who are both hypnotized by a crooked hypnotist into stealing jewels. The movie bears much more in common with Allen's earlier screwball comedy films than with other films made by him around the same time.

CW Briggs (Woody Allen) is an insurance investigator who is highly successful, owing to his many connections and ability to think like a criminal. His work does not impress Betty Ann Fitzgerald (Helen Hunt), an efficiency expert who butts heads with Briggs over his old-fashioned views. Her advice is usually followed however, because she secretly is in a relationship with her boss, Chris Magruder (Dan Aykroyd), who constantly reassures her that they will be free to pursue their relationship in public once he finalizes his divorce with his wife.

While attending a dinner with some employees, Fitzgerald and Briggs are called on by a stage magician (David Ogden Stiers) to be in his hypnotism act. Using the words "Madagascar" and "Constantinople" on them respectively as trigger words to put then in a trance, the two are given the suggestion that they are newlyweds who are madly in love before being reawakened. When Briggs returns home for the evening, he receives a call from the magician, who uses Brigg's trigger word to put him back in a trance and orders him to steal jewels for him. Briggs has no recollections of these crimes after he is woken up and is determined to prove himself by solving the crimes. He begins to investigate Fitzgerald on the grounds of her suspicious behavior (actually related to her affair with Magruder) and sneaks into her house one evening. There, he witnesses Magruder tell her that he has reconciled with his wife and will not have a divorce. When he leaves, Fitzgerald becomes drunk in a fit of depression and tries to jump out of a window. Briggs stops her and spends the night keeping her from other self destructive activity.

Eventually, investigations begin to pick up evidence that points to Briggs, leading to his arrest. He manages to escape to Fitzgerald's place, where she grudgingly hides him. Thinking that Briggs is no longer available, the magician begins to call Fitzgerald, using her trigger word of "Madagascar" to put her in a hypnotic state and resume stealing for him. It also becomes apparent that the subliminal suggestion of being in love has remained, as Fitzgerald and Briggs continue to act the part of newlyweds with each other while hypnotized. This leads several of Brigg's co-workers to recall the initial hypnotism and realize that it is the cause of the robberies. They free Briggs of the trigger word and upon remembering everything, he rushes to the site where the still hypnotized Fitzgerald is delivering the jewels to the magician. Briggs is discovered and held at gunpoint, however he deduces that a small-time criminal like the magician wouldn't have the nerve to do something as drastic as murder. The magician attempts to run but is caught by the police shortly after.

Back at work, Briggs attempts to convince Fitzgerald that he loves her and she is better off with him than Magruder (who insists once more that his relationship with his wife has begun to deteriorate and they will be divorcing). She remains unwilling to break up with her boss, leading Briggs to ask, "Where are you going? Madagascar?" and puts her in a hypnotic and loving state.

After they have left, their colleague George (Wallace Shawn) remarks that he already deprogrammed her.

Wake Me Up When the War is Over directed by Gene Nelson



(WIKI) Wake Me When the War Is Over is a 1969 American comedy made-for-TV film starring Ken Berry and Eva Gabor, and directed by Gene Nelson. It first aired on ABC.

The film tells the story of Lieutenant Roger Carrington (Berry), a soldier fighting for the United States Air Force during the closing days of World War II. After accidentally falling out of a plane and landing in German territory, he is hidden by a local baroness named Marlene (Gabor). Luckily, Marlene is against the Nazis, and sympathizes with Carrington, taking him under her wing to recover, and eventually falling in love with him.

Unfortunately, when World War II ends, Marlene realizes that Carrington will leave when he finds this out. Not wanting him to go yet, she decides not to tell him about the war ending so he will stay, and she manages to keep him with her for nearly five years. Around then is when Carrington convinces himself that it's his duty to continue fighting and he leaves Marlene's estate, not realizing he's now in a peacetime country. The only problem is, no one can tell him the war is over because no one around him speaks English.

The Jockstrap Raiders directed by Mark Nelson



The Jockstrap Raiders takes place during World War I in Leeds, England. A group of underdog misfits are excluded from the war due to various abnormalities. Threatened by the invading German Kaiser and his army, they must learn to become a team and overcome their deficiencies in order to save Britain and the world.

Archives du XXème siècle: Henri de Montherlan, la jeunesse réalisé par Philippe Collin & Colette Thiriet


Archives du XXème siècle - 25/03/1973 - 39min26s

Interview de l'écrivain Henry de MONTHERLANT, plus particulièrement consacrée à son enfance et à sa jeunesse, comportant de nombreux documents - photos de famille, dessins et manuscrits -- L'ENFANCE: MONTHERLANT décrit le contexte familial dans lequel il a grandi: enfant unique dans une grande maison bourgeoise à Paris, remplie de maîtres et de domestiques, "d'oncles à n'en plus finir". Il évoque en particulier sa mère, avec laquelle il eut des relations tour à tour "assez atroces ou les meilleures du monde". Il évoque aussi sa grand-mère,"la personnalité la plus accusée et romanesque de la famille". Au milieu de tout cela, il fut soutenu par quatre passions: écrire, l'antiquité romaine, les camarades de collège et la passion de la tauromachie. - PREMIÈRES RENCONTRES: Il évoque les écrivains qu'il a connus enfant ou dans sa jeunesse : Maurice BARRÈS qui était son voisin, ARAGON...- LA PREMIÈRE FOIS QUE J'AIMAIS: MONTHERLANT fait allusion à l'épisode de son renvoi du Lycée de Sainte-Croix de Neuilly à 16 ans pour une histoire de "moeurs" dont il veut retenir qu'elle était composée de tendresse, de sensualité et de sérieux et qui prit une tournure dramatique, theâtrale, lui inspirant la pièce "La ville dont le prince est un enfant".- LE GOÛT DU DESSIN: MONTHERLANT parle de ses facilités pour le dessin, de sa découverte des modèles dans le quartier de Montparnasse, le dessin devenant un "merveilleux prétexte pour connaître des jeunes personnes".- LA GUERRE: A 18 ans, en 1914, il écrit une pièce, "L'exil", oeuvre non conformiste par rapport au patriotisme "survolté" de l'époque, dans laquelle il met en scène, en les poussant à l'extrême, les relations particulières qu'il avait avec sa mère. Il devient soldat en1916. Blessé, il est démobilisé en1919 et se retrouve Secrétaire général de l'oeuvre de l'ossuaire de Douaumont, dirigé par le Maréchal Pétain. A cette période, il pratique intensément différents sports. - MES MAITRES : Il évoque D'ANNUNZIO qui l'influença beaucoup, Maurice BARRES qui lui imposa un énorme respect et dont la perte lui fut très douloureuse; Paul VALERY, MAURRAS qui, contrairement à ce que l'on a pu dire, n'eut aucune influence sur lui.

PRODUCTION
producteur ou co-producteur:
Office national de radiodiffusion télévision française

GÉNÉRIQUE
réalisateur:
Collin, Philippe; Thiriet, Colette
participant:
Montherlant, Henry de
présentateur:
Marchand, Jean Jose

Thursday, 28 March 2013

ARTE: Un billet de train pour... l 'Orient-Express réalisé par Alexander Schweitzer



Une locomotive à vapeur tracte l'Orient-Express sur un tronçon de 2500 km entre l'Allemagne et la Turquie, un voyage de sept jours à travers six pays.

ARTE: Un billet de train pour... Saint-Petersbourg réalisé par Grit Merten



Saint-Pétersbourg ne compte pas moins de cinq gares centrales, dont celle par laquelle Lénine arriva d'Allemagne dans un wagon toujours visible sur le quai n°5.

ARTE: Un billet de train pour... la Slovénie réalisé par Alexander Schweitzer



Un parcours qui emprunte le Transalpina, un des tronçons de l'axe Trieste-Vienne, qui part du port de l'Adriatique pour rejoindre Nova Gorica.

Белый Бим Чёрное ухо (White Bim Black Ear) directed by Stanislav Rostotsky (pyc. st eng.)



(WIKI) «Белый Бим Чёрное ухо» — двухсерийный художественный фильм, снятый в 1977 году по одноимённой книге Гавриила Троепольского режиссёром Станиславом Ростоцким.

Щенок шотландского сеттера родился с неправильным окрасом — вместо чёрного он был белым с рыжим крапом, только ухо и одна лапа чёрные. Несмотря на племенной брак, Бима взял к себе немолодой писатель Иван Иванович, увлекающийся охотой и любящий природу. Но после того как хозяин лёг в больницу, Бим оказался бездомным. Он сменил несколько хозяев и, почти обретя желаемую цель, погиб, став невинной жертвой предательства и наговора
---
White Bim Black Ear (Russian: Белый Бим Чёрное ухо, translit. Belyy Bim, Chyornoe ukho) is a 1977 Soviet film directed by Stanislav Rostotsky. The movie is based upon the book of the same name, written by Gavriil Troyepolsky. The movie was nominated for the Academy Award for Best Foreign Language Film.

A touching story about a white Gordon Setter with black ear, who became homeless because of his master's illness. His master, Ivan Ivanovich, a man far from being young, fond of hunting and nature, took a puppy to live with him, despite the dog's black ear being a "shame of nature" to his breed. The man always took his dog, whom he called Bim or Bimka, to hunting in country. Later, however Ivan Ivanovich began to have problems with heart and when the disease became worse was taken to a hospital. His dog couldn't bear waiting for the only person that ever cared for him and set out to find his master. Thus began the story of a homeless dog and his many breathtaking and exciting adventures, encounters of many people, kind and evil, and leads to an unexpected and heart-rending end.

Fellag, un bateau pour l'Australie réalisé par Thierry Garnier



À la fin des années 80, en 1987 exactement, une rumeur courut à Alger: un paquebot énorme allait venir d'Australie pour emmener tous les désœuvrés d'Algérie vers ce pays de rêve pour le peupler. Des milliers de jeunes Algérois envahirent l'Ambassade d'Australie pour se porter volontaire...

BBC: The Story of God - The God of the Gaps directed by Ros Homan



(WIKI) The Story of God is a three-part video series produced by Dangerous Films featuring the physician Professor Lord Winston. It first aired on 4, 11 and 18 December 2005 on BBC One. It was rebroadcast by the Canadian Broadcasting Corporation in May and June 2006 and by the Australian Broadcasting Corporation in April 2007.

The Story of God series explores the origins of religion. The documentary focuses on the three Abrahamic faiths, and discusses belief in God in a scientific age. The series included a number of interviews with scientists including Dean Hamer, Richard Dawkins, and members of the CERN programme.

During the documentary Winston debates notable creationist Ken Ham, visiting the creation museum where, he claims, "scientific facts are ignored in favour of religious certainty." He presents his view that science and religion have an important role in human development, but absolute certainty in either, 'can lead to serious problems'.

Winston also wrote a book titled The Story of God which was published in 2005.

God of the Gaps:
The third episode considers how the idea of God has been challenged by modern ideas, especially scientific theories and discoveries.

ARTE: L'histoire de New York - Cosmopolis réalisé par Ric Burns



Cette série documentaire exceptionnelle retrace magnifiquement toute l'histoire de New-York.

Cosmopolis:
Dernier volet de la saga new-yorkaise: les années 20 et l’avènement de la consommation de masse au rythme du jazz, puis le krach et la crise de 1929.

Après la Première Guerre mondiale démarre une deuxième révolution industrielle: celle de la consommation de masse. La réclame fleurit partout, et le jazz s’invente dans un Harlem où l’on jette les bases d’une nouvelle culture noire. En 1929, New York construit, avec la tour Chrysler, le plus haut bâtiment du monde. Mais la même année, le krach de Wall Street met brutalement fin à cette euphorie.

Limoges de verre et de feu réalisé par Marc Desoutter & Laurent Ramamonjiarisoa



À Limoges, capitale des arts du feu, la réputation du travail du verre s’est aussi bâtie sur la renommée d’un des plus grands maîtres-vitraillers du XXème siècle, Francis Chigot, dont les ateliers poursuivent l’œuvre et prolongent son savoir-faire en matière de restauration de vitraux anciens.

Wednesday, 27 March 2013

Les temples oubliés de l'Himalaya réalisé par Liesl Clarke



Mustang, royaume caché au coeur de l'Himalaya, longtemps fermé au reste du monde. En mars 2007, une équipe internationale d'alpinistes, explorateurs et archéologues fait une découverte de taille.

À 4300 mètres à flanc de montagnes, ils découvrent un système complexes de grottes reliées entre elles.

L'expédition est formée de Peter Athens, alpiniste chevroné, ainsi que le fils de Sir Edmond Hilary.

Globe Trekker: Great Journeys - Planes, Trains & Automobiles directed by Dominic Allan



Throughout the ages, the earth has been shaped by the elements, producing spectacular and diverse environments. For travellers, these awesome and ancient wonders present some of the Megan McCormick in Hawaiimost engaging and exciting places to visit and yet they are some of the most endangered dueto global warming, population increase and commercial activity.

From the deepest oceans to the highest mountains, from lush rainforests to arid deserts, in extremes of heat and cold - join Ian Wright, Justine Shapiro, Neil Gibson, Eils Nevitt, Bradley Cooper, Holly Morris and Megan McCormick in this eco trekker special as they explore the world’s great natural wonders.

Erupting volcanoes are some of the most dramatic sights of the natural world, Alluring yet potentially lethal, they shape the lives of those who live in their shadows, as Ian Wright and Megan McCormick discover when they come face to face with a couple of fiery eruptions in Fiji, Java and Hawaii.

Ian goes on to learn about the impact of climate change in the frozen Arctic whose ice Perito Moreno, Patagonia Argentinafields present some of the most inhospitable places on earth and yet also some of the most fragile. Global warming, the increase in earth's temperature - largely caused by man's burning of fossil fuels and devastation of forests - is threatening to bring about a huge melt.

Meanwhile, at the opposite end of the planet, Justine Shapiro treks across one of the world's most spectacular glaciers, the majestic Perito Moreno in Patagonia, Argentina. Here, at the tip of the southern hemisphere, global warming is eroding glaciers, huge rivers of ice, at a dramatic pace.

Plants are essential for life, and the Amazon rainforest is often referred to as the lungs of the Earth, absorbing carbon dioxide and producing oxygen. But nature's balance is in peril, as The Amazon Rivermore than a million hectares of the rainforest are slashed and burned each year, to create new pastures and cropland, releasing greenhouse gasses into the atmosphere. Eils heads up the Amazon River to the Anavilhanas Islands in northern Brazil to experience threatened rainforest first hand.

There are few remaining caravans that traverse the Sahara Desert, less pasture for the nomad's animals has led to a food crisis, meaning their way of life is being destroyed. We join Holly Morris as she catches up with the remarkable nomadic Tuareg tribe in Niger.

Water covers an incredible 70% of the earth's surface. Not only do the world's seas, oceans and rivers provide water for life, they still hold many mysteries for those who explore them. Anamazing variety of marine life is found in the coral reefs of tropical waters and yet climate change is wreaking havoc. Our travellersdiscover aquatic life at stunning locations around the globe: Australia's Great Tuareg tribesman, NigerBarrier Reef, Victoria and Iguazú Falls, and the surreal jellyfish lake on Palau in Micronesia.

Unsurprisingly, the earth's natural wonders are a draw for many tourists. In order to promote responsible tourism, and protect these sites for future generations to enjoy, governments, organisations and individuals have established national parks as means of safeguarding their heritage. Join our team as they visit Uluru and Kings Canyon in Australia, New Zealand's Milford Track, Botswana's Chobe National Park, Kenya's Rhino Sanctuary at Lewa Downs and Ecuador's unique Galapagos Islands.

Tuesday, 26 March 2013

Globe Trekker: Globe Shopper II directed by Dominic Allan



Globe Shopper II picks up where its shop-happy predecessor left off - on a blistering trail in pursuit of the finest and latest, the oldest and rarest, the cheapest and most expensive gifts a budding traveller can possibly bring home. We rejoin our presenters in the throes of learning how to bargain with stubborn vendors, picking up a tip or two along the way from veteran travellers familiar with the time honoured tradition of the haggle.

We hunt down classic furniture in Honk Kong, the antique emporium of the world. We revisit tribal handicrafts with the Makonde tribes of Mozambique, play a didgeridoo with the Aborigine tribes of Outback Australia, and fawn over carpets stretching from the Middle East to the Ottoman Empire.

From bottom-boasting bikinis to squeeze into in Rio's sandy beaches, to the Victorian-inspired Lolita street fashions worn by the Japanese youth of today, Globe Shopper 2 presents Globe Shopper 2a 21st century world brimming with imagination, expression and absolute free licence.

We dip into some wild and varied street markets, do a bit of antique hunting with a savvy dealer in London's famous Portobello Market, and stray to collect some souvenirs for our loved ones back home. Yes, Mozart hats and funny keepsakes in Austria, Royal family egg cups in England and Che Guevara dolls, toy pistols and balaclavas in revolutionary Mexico.

Finally, we take you on a dazzling guided tour of affordable and impossible jewellery to be gleaned from the gemstone makers of Bangkok, the diamond dealers of Antwerp and the gold jewellers of deluxe Dubai.

This programme promises to be a feast for the senses, a scourge to the wallet and a crying temptation to the un-travelled.

Globe Trekker: Great Journeys - Road Warriors directed by Dominic Allan



Our Globe Trekker teams have travelled around the world to show you the most amazing places the global traveller can visit, but isn't the getting there just as fun as the final Travelling by er... motorcycledestination?

In this Globe Trekker Special, we uncover the most incredible journeys in the world. Some will take your breath away with their beauty - others are unbelievable due to their pure daring.

The off road section brings you the greatest travel by 4-wheel drive vehicle, from the Sahara Desert to Outback Australia and on to notably the worst roads in the world in Zaire. We also see Ian Wright navigate 4,500 square miles of salt plains in Bolivia, being careful not to plunge into the salty lake beneath.

Taxis are different around the world, from the rooftop rides in Cambodia, to the wildly colourful vehicles in Haiti and the ox and cart on La Digue in the Seychelles. But wherever you go, the art of negotiation is still the same!

Buses can provide an opportunity for the traveller to meet others, see beautiful landscapes and can often provide the most entertaining travellers' stories. Here we see our teams squashed into a 5-seater vehicle with 10 others, travelling across Papua New Guinea sitting next to a mudman, and Justine Shapiro finds buses with reclining beds in China. Ian may have found the cheapest bus ride in the world in Mongolia, with 300km costing him just $3.

Ian Wright thumbs a liftHitch hiking is a traditional way of getting around the world, and with a bit of know-how, it can still be relatively safe in some parts. From travelling with the truckers in Australia to thecolourful Bedford trucks in Pakistan.

Motorcycles have also been one of Globe Trekker's favourite ways of getting around. Harley Davidson motors have taken the teams to New Mexico, on a tour of the Rockies and through Costa Rica's rainforest. Riding an Enfield in India, taking a 1960s bike and sidecar in Vietnam and speeding through the medinas of Morocco have been some of the highlights.

From India's high peaks to Bolivia's salt flats and Australia's deserts, our travellers show you the best ways to travel around the world, finishing off this run down with our top 5 road trips in the world.

Globe Trekker: Paris City Guide II directed by Dominic Allan



Globe Trekker travellers Adela Ucar Innerarity and Justine Shapiro explore the city of light, love and culture and enjoy a wonderful week of museums, romance, haute cuisine and superb entertainment.

After checking into their sumptuous hotels, the travellers hit the sights of the city - Adela heads off to Montmartre and Sacré Coeur - whilst Justine visits the Luxembourg Gardens and takes a leisurely sightseeing tour around the city.

Adela checks out the Musée d’Orsay with a local art expert who explains the history of some of the museum’s most famous paintings by Henri de Toulouse Lautrec and Vincent Van Gogh. Meanwhile, Justine stumbles across a different kind of creativity - street performers - and decides Paris is definitely a city of artists!

The next day is devoted to retail therapy: Adela discovers a truly unique taxidermy shop in the 7th arrondissement and Justine checks out a market in the African quarter. Whilst exploring the Marais district, Adela blushes her way Le Metrothrough a visit to the first gay boulangerie in the world, with their very own design of unusual bread shapes! Then it’s back to regular shaped food with a traditional crêpe to eat on the go.

In the meantime, Justine spends gets to spend a day at the Cordon Bleu cooking school and master the art of French cuisine.

It’s also Paris Fashion Week and Adela is lucky enough to go backstage at this world famous show and interview renowned British designer Vivienne Westwood, before her catwalk show. Then it’s time to visit the Palace of Versailles outside Paris and learn all about controversial Queen Marie Antoinette. Adela gets a glimpse of the royal bedchamber and takes a stroll around the Marie Antoinette impersonator at VersaillesQueen’s village: Le Petit Hameau. She also meets with a local historian, who has organised a special trip for Adela: following Marie Antoinette’s journey to the Guillotine from the La Conciergerie prison to the Place de la Concorde where she was executed.

That night, Adela is treated to a show at the famous Moulin Rouge and gets to meet the dancers who travel from all over the world to join this very special Paris institution.

As the week draws to a close, the travellers simply can’t leave the city without visitin the the Mona Lisa and taking a trip up the magnificent and iconic Eiffel Tower.

Globe Trekker: Ice Trekking in the Alps directed by Dominic Allan



Globe Trekker traveller Zay Harding ski tours the legendary Haute Route from Chamonix to Zermatt. Taking in Mont Blanc and the Matterhorn along the way, he undertakes a tough Zay Harding in The Alpsjourney, traversing 3 Western European countries: France, Italy and Switzerland.

The trek begins with a training day on the world’s steepest and longest ski slope: La Vallée Blanche. After meeting up with his Irish mountain guide - Robbie Fenlon - Zay takes the highest cable car in Europe - l'Aiguille du Midi - to ski this dangerous run (avalanches are a frequent occurrence on the Haute Route). Here Zay masters the technique of off piste skiing in powder-snow and learns how to skillfully negotiate his way out of a deep crevasse.

The Haute Route begins at Argentière with a long day of skinning - walking uphill on skis - across the Argentière glacier to reach an isolated mountain hut. Here Zay meets other skiers touring the region and gets to sample the delicious French speciality tartiflette.

Ice climbing on Mer de Glace, ChamonixDay 2 of the trek is another strenuous day with 5 hours skinning to the Col du Chardonnay, at which point Zay and Robbie have to descend into Switzerland on ropes. They ski on to Champex and make a brief stop-over in Verbier to attend an amazing extreme skiing competition.

On day 5, Zay picks up the Haute Route once again at Arolla, on the Swiss side of the Alps, skinning up the Pas de Chèvres and descending via steel ladders to the Dix hut which is perched precariously right on top of a mountain peak. Here mountain hut guide Pierre shows him how to make an exquisite Swiss Rosti.

Day 6 takes in another long day skinning along the Haute route to reach the highest point of the trek: la Pigne d’Arolla. This is the highlight of the journey with a breathtaking panorama stretching out from Mont Blanc to the Matterhorn. The day draws to a dramatic end at the Vignettes hut, balanced on the edge of a cliff.

Zay at The MatterhornOn the last day of their trek, Zay and Robbie descend from the Vignettes hut - crossing 3 cols and 7 glaciers - on a strenuous 12 hour journey to the Swiss Alpine village of Zermatt. Here, Zay visits the local cemetery where thousands of mountain climbers have lost their lives in the pursuit of their sport.

Before he bids Zermatt farewell, he has one last drink with his intrepid guide Robbie.

Theatre in Australia directed by Doc. K. Sternberg



In conjunction with the City of Sydney's Art and About Festival and "Last Drinks" project the NFSA presents Theatre In Australia. Made by The National Film Board 1952. Directed by Doc K. Sternberg. Footage from this film was used extensively in "Last Drinks" but is a comprehensive and important record of the performing arts in Australia half a century ago. This film, with material from scrapbooks, rehearsals and performances, covers conventional theatre including old time melodrama, the Mercury Theatre, Gilbert and Sullivan, J.C. Williamson. There are performances from Ivan Menzies and a young Peter Finch, and Doris Fitton's production of Rusty Bugles. It is a long film, but it has a lot to cover, since almost everything that would today be considered serious theatre was then happening in a scattered and disparate little theatre movement.

Sculpture Australia 69 directed by Tim Burstall



As Sculpture By The Sea celebrates another successful year of seaside sculpture on Sydney shores we offer this look back in time to the Australian sculpture scene in 1969. Sculpture Australia 69 shows Australian sculptors discussing their attitudes towards modern sculpture. Artists shown at work include Norma Redpath (creating the fountain for the Commonwealth Treasury), George Baldessin, Steven Walker, Lyndon Dadswell, Matchim Skipper, David Tolley, Margel Hinder, Colin Lanceley, Ron Robertson-Swan, Michael Kitching, Ken Reinhard, Tim Berryman, Asher Bilu, Robert Klippel, Clement Meadmore and Vincent Jomantis. They show that Australian sculpture is appreciated internationally as well as in Australia. Made by The Commonwealth Film Unit 1969. Directed by Tim Burstall. It also features music by Australian Jazz composer and musician Don Burrows.

BBC: The Foods that Make Billions - Liquid Gold directed by Francis Whately



This major new series tells the untold story of how big business feeds us by transforming simple commodities into everyday necessities and highly profitable brands.

The first episode tells the extraordinary story of how the bottled water industry has grown from nothing to become one of the biggest success stories in the modern food and beverage industry in just 40 years.

With unprecedented access to the world's largest food and beverage companies, including Nestle and Danone, this is the inside story of how the bottled water business has become emblematic of an age of plenty in the West. With billions at stake, the market is fiercely fought over by the world's multinationals who promise us health, convenience and youth. It is natural and pure and sourced at minimal cost, its real value lies in the marketing and branding.

Told by the Money Programme team, this film takes us to Hawaii, Japan, North America, France, Switzerland and Scotland to chart what lies behind the incredible success of this industry and explore what it tells us about ourselves.

Les escapades de Petitrenaud: Lyon (Olivier Belval) réalisé par Pascal Gonzalez



Jean-Luc Petitrenaud nous emmène à Lyon pour rencontrer le chef Olivier Belval. Installé dans le quartier des Brotteaux, il a ouvert Mon bistrot à moi en 2009. Depuis, il régale ses clients de blanquette de veau, fricassée et gâteau de foie de volailles... A notre arrivée, les ris de veau et les rognons nous mettent les papilles en éveil. Sur le coin du fourneau, d’autres plats mijotent tout doucement. Ici, le cuisinier perpétue la belle histoire de la gastronomie lyonnaise.

Ses produits, c’est sous les Halles de Lyon qu’il les trouve. Les charcuteries viennent bien entendu de chez Colette Sibilia, adresse incontournable. Saucisses, saucissons, andouillettes se retrouvent sur les plus grandes tables de France et de Navarre. Chez l’éleveur Pierre Bastin, les volailles de Bresse sont d’une rare beauté. Olivier Belval achète des suprêmes qui, accompagnés de quelques écrevisses, feront le bonheur de sa clientèle. Quant à la cervelle de canut, le cabécou et le saint-marcellin, c’est chez Alain Martinet que notre chef a ses habitudes. Alors que Jean-Luc Petitrenaud profite d’une petite halte chez Antonin pour déguster quelques huîtres, notre hôte nous propose de continuer notre escapade dans Lyon.

La cuisine lyonnaise, c’est aussi la tradition des mères lyonnaises, Olivier Belval nous invite à une balade gourmande et nous présente des cuisinières amies. Il y a Florence Périer, Café du peintre, qui régale ses clients d’andouillette briochée sauce moutarde, de compotée de joues de bœuf aux petits légumes ou quenelle de brochet. On choisit une terrine de volaille à l’estragon et tomates confites accompagnée d’un verre de beaujolais blanc. C’est Max Périer, le fils de Florence, qui est en salle et conseille sur les vins. Olivier Belval nous fait visiter le garde-manger du restaurant, tous les produits sont cuisinés en saison : bocaux de tomates et aulx confits, de coulis de tomate, confitures, griottes d’Ardèche... on comprend pourquoi la maison ne désemplit pas.

Nous continuons notre échappée chez Grignette, Au coude à coude. Ici, l’ardoise égrène les spécialités. La chef aiguise notre appétit avec un sabaudet à la sauce vigneronne, de la tête de veau sauce gribiche, du petit salé aux lentilles, et autres gourmandises. Nous optons pour une assiette d’oreille de cochon servie avec un petit paquet de couenne, du cervelas et quelques cornichons. Côté comptoir, c’est le domaine de Guy. Le choix des vins est très important, il y a une belle sélection pour accompagner les plats.

Notre escapade se termine, merci monsieur Olivier Belval pour cette balade Lyonnaise.

Couleur de peau: miel réalisé par Laurent Boileau & Jung Sik-jun



Couleur de peau: miel est un film franco-belge co-réalisé par Laurent Boileau et Jung Sik-jun d'après la bande dessinée homonyme de ce dernier. Il est sorti au cinéma le 6 juin 2012.

Il s'agit d'un film autobiographique consacré à l'enfance de Jung Sik-jun, enfant coréen qui, orphelin, est adopté par une famille belge. Le film mêle des séquences de documentaire en prises de vue réelles, des séquences d'animation en deux dimensions et des images d'archive.

Jung Sik-jun est un jeune garçon né à Séoul, en Corée du Sud, en 1965. Dans le cadre d'un programme d'adoption après la guerre de Corée, il est adopté par une famille belge en 1971 et grandit en Belgique. Le film relate les moments importants de son enfance et de son adolescence en alternant des séquences documentaires actuelles, des images d'archive et des scènes animées formant des reconstitutions fictionnelles de moments du passé de Jung.

Case départ réalisé par Lionel Steketee, Fabrice Éboué & Thomas N'Gijol

https://www.youtube.com/watch?v=Hydfu1VTjzs

(WIKI) Case départ est un film français réalisé par Lionel Steketee, Fabrice Éboué et Thomas N'Gijol sorti le 6 juillet 2011, et le 20 juillet en Belgique.

Fabrice Éboué et Thomas N'Gijol, scénaristes du film, interprètent également les protagonistes.

Régis et Joël sont deux demi-frères que tout oppose : le premier est métis, marié et père d'une fille, conseiller municipal dans une mairie et intégré au milieu de la classe moyenne ; tandis que le second est sans-emploi et vit chez sa mère avec sa fille, depuis sa sortie de prison pour agression sur une personne âgée. Les deux hommes sont un jour réclamés aux Antilles au chevet de leur père mourant, absent car ayant énormément voyagé et connu de nombreuses femmes. Là, ils reçoivent pour seul héritage l'acte d'affranchissement ayant libéré leurs ancêtres esclaves. Nullement préoccupés par la valeur symbolique de ce document, ils le déchirent, ce qui provoque la colère de leur tante.

Pour leur faire regretter ce geste, celle-ci leur fait faire magiquement un voyage dans un monde inconnu, où ils se font capturer et vendre à monsieur Jourdain, un propriétaire terrien qui confie Joël aux soins d'Henri, un homme brutal et profondément raciste, tandis que Régis est envoyé aux cuisines de la demeure où il entend l'opinion méprisante des propriétaires sur la race noire. Les deux demi-frères découvrent finalement qu'ils sont en 1780, alors que l'esclavage n'est pas encore aboli. Résolus à rentrer chez eux, les deux frères essaient alors par tous les moyens de se libérer, d'abord en tentant de fuir, puis en essayant de se rebeller, Joël contre M. Henri, Régis contre le curé qui endoctrine les autres esclaves.

Finalement, après avoir subi les coups de fouet, le marquage au fer rouge et la colère des marrons dont ils refusaient la violence, ils retrouvent la tante qui leur explique comment revenir à leur époque : parvenir à réunir leurs ancêtres, Isidore et Rosalie, deux des esclaves de monsieur Jourdain, et « réparer l'erreur ». Joël, qui est persuadé qu'Isidore est homosexuel, croit qu'il s'agit là de l'erreur à réparer. Ils retournent donc dans la propriété et la nuit tombée, organisent une fête arrosée au rhum pour arranger la liaison du couple. Une fois fait, et persuadés d'avoir accompli leur devoir, ils décident de vandaliser la propriété, mais rien ne se passe.

Ils sont donc condamnés à la pendaison le lendemain, mais sont sauvés par Isidore, qui profite du tumulte causé par la chute de Victor, le jeune fils de M. Jourdain, dans un cours d'eau. Alors qu'ils fuient, Régis revient et sauve le garçon. Cet acte d'héroïsme leur vaut la clémence de M. Jourdain, qui les affranchit, cependant, les deux frères décident de donner ce droit à Isidore et Rosalie. Grâce à cela, Régis et Joël parviennent à revenir à leur époque. Cette aventure les a rapprochés et fait réfléchir sur leur mode de vie : Joël trouve un travail régulier et Régis s'affirme dans sa mairie.

Le film se conclut lors d'une après-midi qui réunit les familles des deux frères, mais une dispute des deux filles entraîne le déchirement de l'acte d'affranchissement, et la panique des deux hommes.

Neuilly sa mère! réalisé par Gabriel Julien-Laferrière



Neuilly sa mère ! est un film français réalisé par Gabriel Julien-Laferrière en 2008 sorti en 2009.

Le jeune Sami Benboudaoud, 14 ans, a toujours vécu dans la cité Maurice Ravel à Chalon-sur-Saône. Mais un jour, sa mère veuve trouve un emploi d'hôtesse sur un paquebot. Elle confie son fils à sa sœur qui s'est mariée à un divorcé de Neuilly-sur-Seine. C'est alors qu'une nouvelle vie commence pour lui dans « la ville de Sarkozy ».

Dès le premier jour, son cousin Charles, un militant caricatural de l'UMP le prend en grippe. En revanche, son oncle, sa tante et sa cousine l'apprécient. Placé dans une école privée très stricte et dans la classe de Charles, il sympathise avec Sophie Bourgeois et Marie Pernel.

Un autre membre de sa classe, Ghislain Lambert, avec ses deux amis, s'en prend à lui à cause de sa différence, et lui joue de mauvais tours (il lui fait prendre du porc pour du veau, et envoie des voyous de la cité Picasso voisine le racketter). Au milieu d'une histoire d'adultère n'en étant pas une, de la volonté de Charles de remplacer la déléguée partie et une histoire d'amour, Sami réussit à convaincre son cousin, en l'absence de ses parents, d'organiser une fête afin de se rendre populaire, en invitant sa dulcinée. Ghilain envoie les voyous de la cité Picasso tout casser pendant les festivités, mais l'arrivée des amis de Chalon de Sami fait changer la bagarre de sens.

Afin de se venger, les Picasso cassent la figure de Ghislain, qui persuade sa mère et la directrice du collège que Sami est responsable.

Sami est à deux doigts de se faire renvoyer de chez sa tante Djamilah et du collège. Mais les Picasso l'innocentent tandis que Charles bat Ghislain aux élections de délégués. Après cela, tout va pour le mieux ; même Malik, le chef des Picasso, devient ami avec Sami, qui va vivre avec sa mère dans la cité Picasso.

Monday, 25 March 2013

Le Temps des Cathédrales: Vers les temps nouveaux réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Vers les temps nouveaux" est le dernier volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. La mort et l'enfer, deux concepts-clés qui dominent les arts plastiques religieux de cette fin du moyen âge, où l'on professe des "recettes de la bonne mort". La mort est présenté dans les gisants d'une cathédrale, dans une chapelle mortuaire comprenant la statue du défunt. De très nombreuses estampes et peintures montrent des scènes de la vie de jésus (baptême, passage de la Mer Rouge...), des saints, des représentations sadiques du supplice de jésus, l'enfer avec des démons et des damnés.D'autres estampes présentent des villes, des paysans, des palais, des châteaux forts et des cathédrales (intérieur et extérieur). L’Europe à cette époque est infiniment diverse et le temps ne s'écoule pas partout au même rythme. En fait, Le Moyen Age tout entier s'engouffre dans la renaissance.Paris n'est plus ce qu'il avait été au temps du duc de Berry, maintenant le vif de la création artistique se rassemble dans les provinces les plus prospères.Preuve de cette diversité artistique avec quelques peintures de Sutter, Donatello, Masaccio et Van Eyck.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: Le bonheur et la mort réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Le bonheur et la mort" est le huitième volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. L'émission s'ouvre sur des images de la fresque du Campo Sancto (en 1350, cloître à Pise), et la représentation de la mort, inéluctable et angoissante: Georges Duby souligne cette anxiété devant la mort, caractéristique du XIVème siècle. L'architecture, art majeur, cède le pas a l'orfèvrerie, à des formes d'art plus marchandes, plus populaire. Quelques très beaux objets nous sont présentés (reliquaires, croix...). La vie princière "donne le ton" tant pour la piété que pour les fêtes: châteaux, bijoux, robes. Georges Duby définit les trois grands plaisirs de la chevalerie: la chasse, la guerre, l'amour. Ces thèmes sont illustrés par les "très riches heures du duc de Berry", la broderie de Bayeux. Il note enfin la prolifération des objets de piété, qui ne sont plus conservées dans les cryptes, mais possédées par les individus, qui les portent comme amulettes: petit triptyque en ivoire, statuettes de Saintes, de vierges (images de tendresse), de martyrs ou de christ (images du drame). L'émission se termine sur le visage douloureux du christ de Claus Sluter (chapelle de Dijon).

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: Le tournant du 14ème siècle réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Le tournant du 14ème siècle" est le septième volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. Au début du 14ème siècle, l'Italie exerce une influence prépondérante dans le domaine artistique et culturel. Dans le domaine artistique apparaît un retour aux origines classiques et un espoir de libération nationale refoulant les cultures étrangères. Cette résurgence est symbolisée par deux artistes Dante et Giotto. Mais en Italie la cathédrale n'est plus le centre de tout. Maintenant, les hommes d'affaires donnent le ton. À Florence (le campanile), à Sienne (les peintures des murs de la salle du conseil de la magistrature) à Padoue (les fresques de la chapelle de la reine; la peinture se métamorphose, le profane se mêle au religieux. Cette profusion de l'art italien est arrêtée en 1348 par l'épidémie de peste bubonique "la peste noire", qui s'abat sur l'Europe et décime un tiers de sa population. Le choc de ce cataclysme brise ainsi l'unité culturelle de ce siècle.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: Les Nations s'affirment réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Les nations s'affirment" est le sixième volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. Cette émission est plus spécialement consacrée aux résistances tenaces que rencontra l'expansion du gothique. Les résistances les plus vives vinrent d'Italie du sud ainsi que d'Espagne où l'influence arabe et juive avaient profondément marqué l'esthétique. C'est en Angleterre que l'art gothique fût le plus adopté tout en se transformant en fantaisie extravagante. Sur le fond uni de la chrétienté se détache de plus en plus clairement la volonté d'affirmation des nations, de leurs différences, de leurs spécificités. Mais c'est aussi la fin du rêve d'un empire chrétien et la naissance d'une Europe des nations.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: Louis IX roi chevalier et saint réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Louis IX roi chevalier et saint" est le cinquième volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. Paris au milieu du 13ème siècle... Notre-Dame s'élève, témoin de la renaissance de l'état. Et c'est Louis IX, Saint Louis, qui incarne la royauté du moyen âge à la fois roi, chevalier et saint. C'est pour une relique achetée à Constantinople qu'il fît construire la sainte chapelle. Il ne s'inclina jamais devant le pape et ses prêtres et c'est à ce moment que la papauté cède et s'installe à Avignon. Vers les années 60-70, c'est le tournant du vitrail vers la grande peinture, c'est la découverte de l’œuvre d'Aristote, apportant le trouble dans l'esprit des chrétiens. C'est aussi la découverte d'autres pays, d'autres croyances à travers les voyages de missionnaires et de Marco Polo. Au moment où l'on découvre cette joie de vivre, ce bonheur, les forces vives se déplacent vers l'Italie. Les chantiers des grandes cathédrales se ferment en France, les valeurs intellectuelles, spirituelles et esthétiques se transportent en Italie qui l'intègre à ses traditions. Ce film a été tourné à Paris (Notre-Dame, la sainte chapelle), Fontevrault l'abbaye (gisant), assise (basilique), Avignon,(pont, palais...), Reims (cathédrale, ange de l'Annonciation) Sienne, castel Del Monte, Florence (baptistère) et Pise (baptistère, Basilique).

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: La cathédrale, la ville, l'école réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"La cathédrale, la ville, l'école" est le quatrième volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. A l'aube du XIIIème siècle, on assiste à une renaissance et à une prospérité des villes. Les cathédrales, dont la construction est financée par les riches pour faire pénitence, sont à la fois la maison du peuple et le monument du pouvoir. Chaque cathédrale est flanquée d'une école, car l'évêque a pour mission de transmettre la parole de Dieu. L'expansion des cités est liée a celle du savoir. Ce document nous montre l'importance du rôle d'Abélard qui enseigne que nul ne peut croire s'il n'a pas d'abord compris (triomphe de la dialectique ). On y découvre également le rôle du collège (qui est diffèrent de celui du monastère) qui s'occupe des indigents et a des relations avec la cour. Importance historique et artistique des croisades: les trésors de l'art byzantin ont influencé les sculptures religieuses postérieures à la prise de Constantinople. Le pape Innocent III fait prendre à l'église un tournant capital au seuil du XIIIème siècle grâce à Saint François d'Assises et à saint Dominique dont les messages s'adressant au cœur quant au premier et à l'intelligence quant au second font du christianisme une religion populaire.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: Dieu est Lumière réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"Dieu est lumière" est le troisième volet d'une série de neuf émissions basée sur l'oeuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. Cette émission est consacrée, dans la 1ère partie au règne de l'abbé de Cluny, dont la plus belle création est l'abbaye du même nom. Georges Duby évoque, avec l'abbaye de Paray-le-monial, réplique exacte de celle de Cluny dont il ne reste malheureusement que des ruines, ce que les formes architecturales voulaient représenter, à savoir la somptuosité du palais de dieu. On peut en voir de nombreux détails comme le chœur, les promenoirs des anges, les statues de Saints, le tympan de Moissac. Georges Duby parle de la vie princière des moines de Cluny; de la construction des cloîtres, qui, au XIIème siècle, apparaît comme le trophée des monastères. Dans la seconde partie de l'émission, Georges Duby évoque l'apparition d'un Ordre nouveau, l'ordre de St-Bernard, abbé de Citeaux, qui voit le retour aux formes simples, pures et dures. L'abbaye cistercienne voit le renoncement à toute fortune. On découvre également l'abbaye Notre-Dame de Senanque, où est évoquée la vie laborieuse des moines cisterciens consacrée aux travaux des champs et à la lecture de saint-Bernard.Dans le même temps, l'Abbé Suger, de St-Denis, construit une abbaye où la lumière, signe de dieu, apparaît pour la 1ère fois avec le vitrail.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: La Quête de Dieu réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"La quête de dieu" est le second volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance. XIème siècle; la royauté s'est désagrégée sous l'exubérance de la féodalité; les monastères et particulièrement ceux du sud jouent en ce siècle un rôle prépondérant dans le domaine de l'art, relayant les cours royales du nord de l'Europe. Ces monastères sont alors de grands ateliers (travaux de transcription, enluminures) dont la tache est de donner à voir l'invisible, d'être un point entre le temps et l'éternité, et leur architecture en témoigne. Georges Duby commente longuement cette architecture nouvelle et ce qu'elle symbolise: L'église tournée vers l'orient, la crypte, reflet de la communion des vivants et des morts, la lente émergence de l'art roman dans les voûtes, l'église haute ou les moines prient pour le peuple entier, l'abside où Jésus trône en majesté, la science des nombres et leur signification; les monastères sont choyés en ce XIème siècle. Pour gagner l'amitié de dieu, on donne tout aux moines à l'heure de la mort. Les monastères servent aussi de havre aux pèlerins. L'architecture monastique se veut aussi enseignement. L'émission a été tournée en France et en Espagne: Saint Bertrand de Comminges (cloître, église), Sallustre de Valcabrère (église), St Martin du Canigou (église), St Vincent de Cardona (crypte, colonnades, autel et nef), Tournus (clocher, église, monastère), Gérone (tapisserie), Tahull (fresques dont l'une évoque l'apocalypse, monastère) Conques (église, tympan, reliquaire de Ste Foy), Estaruy (cloître ). On peut voir également quelques manuscrits enluminés et diverses représentations de jésus.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Le Temps des Cathédrales: L'Europe de l'an Mil réalisé par Roland Darbois & Roger Stéphane



"L'Europe de l'an mil" est le premier volet d'une série de neuf émissions basée sur l’œuvre de l'historien Georges Duby. Cette série est consacrée à l'art religieux du Moyen âge et s'intéresse aux différentes formes artistiques par rapport aux conditions politiques, matérielles, économiques, imaginaires et intellectuelles qui lui ont donné naissance Grâce aux propos de l'historien Georges DUBY, ce monde lointain et oublié nous devient brusquement vivant. Cernée par la misère et la faim, dominée par la peur et la mort "L'Europe de l'an mil" est un monde sauvage d'où va jaillir la plus magnifique floraison d'art architectural que connaîtra l'occident. La période médiévale est celle de l'absolu pouvoir de la chrétienté. Aix la Chapelle, "la nouvelle Rome", est l'exemple non seulement de la représentation de la religion mais aussi de la représentation du pouvoir de Charlemagne. Pour permettre l'édification de telles merveilles, la féodalité maintient le peuple dans la terreur, lance ses guerriers aux quatre coins du monde pour en ramener les fruits du pillage et édifie châteaux et forteresses. La tapisserie de Bayeux est un témoignage de cette réalité féodale. Au milieu de ce monde rustique, les monastères conservent à la fois ce qui subsiste de la culture romaine et ce qui va devenir le grand mouvement spirituel du moyen âge.

Production
producteur ou co-producteur
Antenne 2, Agence Francaise D'Images

Générique
réalisateur
Darbois, Roland
auteur de l'oeuvre pré-existante
Duby, Georges
producteur
Stéphane, Roger
participant
Duby, Georges

Popshop, Remixing Icons of Massculture directed by DesignGuide TV



Popshop, remixing icons of mass culture is a group exhibition staged by MU, in which artists are rehauling pop stars, fans, and world hits. This time, it’s not about artists switching over to making clips, or to designing an LP sleeve, but clips being sucked back into the realm of contemporary art.

BBC: The Genius of Invention - Visual Image directed by Victoria Bell



A reversion for schools of the BBC Two series The Genius of Invention.

Our ability to see and record live events from right across the world has shrunk the globe, making virtual neighbours of us all. It is a defining characteristic of our modern world. This reveals the fascinating stories that made such everyday miracles possible. It tells the story of the handful of extraordinary inventions and their inventors who tackled the complexities of chemistry and electronics and discovered how to capture and reproduce still and moving images. Michael Mosley, together with academics Professor Mark Miodownik and Dr Cassie Newland tell the amazing story of three of the greatest and most transformative inventions of all time: photography, moving pictures and television.

Our experts explain how these inventions came about by sparks of inventive genius and steady incremental improvements hammered out workshops and studios. They separate myth from reality in the lives of the great inventors and celebrate some of the most remarkable stories in British history.

BBC: The Genius of Invention - Speed directed by Victoria Bell



A reversion for schools of the BBC Two series The Genius of Invention.

We take our ability to travel quickly and safely across the globe for granted. This reveals the fascinating chain of events that made such everyday marvels possible. It tells the story of the handful of extraordinary inventors and inventions who helped build the modern world by making the miracle of powered transport mundane. Michael Mosley, accompanied by Professor Mark Miodownik and Dr Cassie Newland tell the amazing story of three more of the greatest and most transformative inventions of all time: the steam locomotive, the internal combustion engine and the jet engine.

Our experts explain how these inventions came about by sparks of inventive genius and steady incremental improvements hammered out in workshops. They separate myth from reality in the lives of the great inventors and celebrate some of the most remarkable stories in British history. The rest of the series examines the inventions that led to the communication and broadcasting revolutions.

BBC: The Genius of Invention - Power directed by Victoria Bell



A reversion for schools of the BBC Two series The Genius of Invention.

Every time we switch on a light or boil a kettle we rely on power to do it. This reveals the fascinating chain of events that made such everyday miracles possible. It tells the story of the handful of extraordinary British inventors and inventions who helped build the modern world by understanding, harnessing, and using power. Michael Mosley and academics Professor Mark Miodownik and Dr Cassie Newland tell the amazing story of three of the greatest and most transformative inventions of all time: the steam engine, the electrical generator and the steam turbine.

Our experts explain how these inventions came about by sparks of inventive genius and steady incremental improvements hammered out in British workshops. They separate myth from reality in the lives of the great inventors and celebrate some of the most remarkable stories in British history. The rest of the series examines the inventions that led to the transport and the communication revolutions.

Sunday, 24 March 2013

Les escapades de Petitrenaud: Dans les Pyrénées réalisé par Pascal Gonzalez



Jean-Luc Petitrenaud a rendez-vous avec le chef cuisinier Jean-Pierre Saint-Martin, à Saint-Savin, dans les Pyrénées. Ils s'arrêtent au café de la Poste, l'un des plus vieux cafés de France, fondé en 1441. La balade se poursuit à la chapelle de Notre-Dame de Piétat qui offre un panorama sur la chaîne (...)

Cléo de 5 à 7 réalisé par Agnès Varda (fr. st 한국어)



(WIKI) Cléo de 5 à 7 est un film français réalisé par Agnès Varda et sorti en 1962.

L'action se déroule en temps réel1 avec à Paris. Cléo, une jeune et belle chanteuse plutôt frivole, craint d'être atteinte d'un cancer. Il est 17 heures et elle doit récupérer les résultats de ses examens médicaux dans 2 heures. Pour tromper sa peur, elle cherche un soutien dans son entourage. Elle va se heurter à l'incrédulité voire à l'indifférence et mesurer la vacuité de son existence. Elle va finalement trouver le réconfort auprès d'un inconnu à l'issue de son errance angoissée dans Paris.

Faut pas rêver: Grande Bretagne, l'île aux motards réalisé par Carole Pither

Faut pas rêver - 15/09/1995 - 12min02s

Chaque année, au début du mois de juin, des milliers de motards arrivent sur l'Île de Man (Grande-Bretagne) afin de participer au Tourist Trophy, une course de moto qui a débuté en 1907, et qui reste la seule à être courue sur un circuit routier de près de 60 kms de long. Pendant deux semaines, les motards vont prendre des risques insensés - la vitesse n'est pas limitée - jusqu'à, souvent, perdre la vie (c'est l'une des courses les plus meurtrières). Malgré cela, la joie et l'allégresse sont de mise dans cette très jolie île, un lieu paisible, paradis fiscal, connue pour ses chats sans queue et ses jolies maisons à bow-windows. Plus de chambres à louer, de trottoir libre où garer sa moto; qu'importe, tous font la fête, telle ROSIE, veuve, qui vient elle-même d'acheter une moto, ou cette dame de quatre-vingt cinq ans, qui a assisté à presque toutes les courses, ou encore une autre charmante dame, qui loue chaque année sa maison à des motards. Nombreuses fêtes dans la rue, délire sans débordements, barbecue chez Rosie avec chants et danses, tout cela alterne avec la course à grande vitesse à travers villes et villages. Archives: course en 1912.

Production
producteur ou co-producteur:
France 3

Générique
journaliste:
Pither, Carole

Bed Peace directed by Yoko & John



1969 was the year that John & Yoko intensified their long running campaign for World Peace. They approached the task with the same entrepreneurial expertise as an advertising agency selling a brand of soap powder to the masses. John & Yoko’s product however was PEACE, not soft soap, and they were determined to use any slogan, event and gimmick in order to persuade the World to buy it.

Bed Peace(directed by Yoko & John and filmed by Nic Knowland) is a document of the Montreal events and features John & Yoko in conversation with, amongst others, The World Press, satirist Al Capp, activist Dick Gregory, comedian Tommy Smothers, protesters at Berkeley’s People’s Park, Rabbi Abraham L. Feinberg, quiltmaker Christine Kemp, psychologists Timothy Leary & Rosemary Leary, CFOX DJs Charles P. Rodney Chandler & Roger Scott, producer André Perry, journalist Ritchie York, DJ & Promoter Murray The K, filmmaker Jonas Mekas, publicist Derek Taylor & personal assistant Anthony Fawcett.

Saturday, 23 March 2013

Eskimo Arts and Crafts (L'artisanat esquimau) directed by Laura Boulton, 1944, 21 min 7 s (eng. st fr.)



A doc about the Inuit art of Baffin Island. The film illustrates traditional leatherwork and carving, and the construction of a kayak.
---
Ce court métrage documentaire présente un Inuit de l'île de Baffin qui pratique plusieurs formes d'arts et d'artisanat. Construire des kayaks, décorer des vêtements faits de peaux de bêtes, fabriquer des harpons et sculpter l'ivoire font partie de sa vie, à l'instar des récits mythiques, du tambour, du chant et de la danse.

Nathaël et la chasse aux phoques réalisé par André Chapdelaine & Yvon Larochelle



Ce court métrage d'animation dépeint, dans un style poétique, les différentes activités entourant la chasse au phoque et le mode de vie propre aux gens des Îles-de-la-Madeleine. Il nous fait ainsi mieux comprendre l'importance économique, sociale et culturelle que revêt la pratique de la chasse au phoque pour cette population insulaire, habituée depuis toujours à vivre des ressources de son milieu.

Un mois à Woukang réalisé par Michel Régnier, 1980, 112 min 27 s



Long métrage documentaire relatant le séjour en Chine du réalisateur Michel Régnier à la fin des années 1970. Désireux de profiter du désir d'ouverture au monde occidental existant dans la Chine de l’époque, le cinéaste est allé se rendre compte sur place comment ce pays immense tend vers le progrès. Il en a ramené un reportage sur la vie quotidienne du combinat sidérurgique de Wuhan et de sa cité ouvrière, Woukang, baptisée Cité rouge de l'acier.

Voodoo réalisé par André-Guy Landry



Dans ce court métrage d’animation, un sorcier vaudou se lance à la poursuite d'un petit singe curieux qui s'est emparé d'une poupée ensorcelée. La poursuite pour récupérer la poupée n'est pas de tout repos et entraîne notre sorcier dans une série d'aventures rocambolesques... Une lutte à finir entre un singe espiègle et un sorcier à bout de nerfs. Films sans paroles.

Le voyage de Nadia réalisé par Carmen Garcia & Nadia Zouaoui, 2006, 72 min 10 s



Ce long métrage documentaire fouille une réalité complexe, celle de l’enfermement forcée des femmes dans leur propre demeure, et cela dès leur puberté. À 19 ans, les parents de Nadia Zouaoui l'ont contrainte à un mariage arrangé avec un Algérien deux fois plus âgé qu'elle. Vivant à Montréal, il l'avait choisie à partir d'une photo. Après 18 ans d'absence, Nadia Zouaoui retourne dans son pays natal, la Kabylie, pour voir si les choses ont changé.

The Sunny Munchy Crunchy Natural Food Shop directed by Richard Todd, 1973, 9 min 57 s



This short documentary takes you on a tour of one of Montreal's first health food stores. The camera scans shelves stocked with all manner of natural foods to which nary an additive has been added: soybean and sesame seed products, wild honey, and even eggs from hens fed on blackstrap molasses. But the real eye-openers are in what you hear between the aisles, from the store's owner and his customers.

Great Grand Mother directed by Lorna Rasmussen & Anne Wheeler, 1975, 28 min 47 s



This short film is an ode to the women who settled the Prairies, from the days of early immigration to 1916 - when Manitobans became the first women in Canada to receive the provincial vote - and beyond. Recollections of women are complemented by a series of quotations drawn from letters, diaries, and newspapers of the day, which are spoken over re-enacted scenes and archival photographs.

The Lady and the Owl directed by William Canning, 1975, 27 min 50 s



This short documentary introduces us to the McKeevers, who care for injured owls. They live in the country and have built special cages for different purposes and species. There are many ways of being wounded, yet many ways of being cured.

Les amoureux de Montréal réalisé par Jacques Giraldeau, 1992, 79 min 38 s



Ce long métrage documentaire présente Montréal sous toutes ses coutures, dans tous ses replis... Montréal baignée dans toutes ses lumières, été comme hiver, revisitée par un cinéaste amoureux de ses rues, de ses ruelles, de ses quartiers, de ses parcs, de son fleuve, de ses églises, de ses édifices... Visages d'hier et d'aujourd'hui. Une ville disparate, de verre et de béton, façonnée par des architectes qui lui ont donné un corps et... une âme!

Allan Holdsworth and Alan Pasqua: Live at Yoshi's Jazz Club directed by Eric Dorris



Allan Holdsworth and Alan Pasqua: Live at Yoshi's Jazz Club
Featuring Jimmy Haslip and Chad Wackerman
Yoshi's club, Oakland, CA
September 2006
Personnel:
Allan Holdsworth - guitar
Alan Pasqua - keyboards
Jimmy Haslip - Bass
Chad Wackerman - Drums

Tracklist:
The Fifth / Looking Glass / Fred / It Must Be Jazz / Blues For Tony / San Michele / Pud Wud / Protocosmos / Red Alert.

Touring worldwide in 2007, this ensemble is a must see. Captured live in HD at Yoshi's, this incredible DVD features four of the world's most proficient jazz musicians today. Allan Holdsworth, Alan Pasqua, Chad Wackerman and Jimmy Haslip deliver one of the most awe inspiring performances ever seen. This DVD will surely top the stack of your collection. Prepare to be amazed!

Jazz guitarist Allan Holdsworth teams up with pianist Alan Pasqua for this concert recording. The two jazz greats were captured on camera as they performed alongside fellow musicians Chad Wackerman and Jimmy Haslip at Yoshi's in San Francisco.

BBC: Michael Palin's New Europe - Journey's End directed by John Paul Davidson



Michael Palin explores former Iron Curtain countries. High in the Tatra mountains of Slovakia, Michael learns how to make sausages before heading off to Turba's mime school in Brno. In the spa town of Karlovy Vary he has a mud bath with Miss World, followed by a pedalo ride in Prague.

Entering the former East Germany in Dresden he learns from a student that despite Germany's unification there is still a wall inside people's heads, before ending his trip on the Baltic island of Rugen.

BBC: Michael Palin's New Europe - From Pole to Pole directed by John Paul Davidson



Michael Palin journeys through Poland, from the port of Gdansk in the north to the Slovakian border south of the Tatra Mountains. He considers the upheavals that traumatised Poland for 70 years, visiting Auschwitz and the spiritual capital of Poland, Czestechowa, where politics and religion are never far apart.

Palin meets the great European maestro, Lech Walesa, whose independent trade union Solidarity lit a fuse under Communism's grip on Eastern Europe. Then he marvels at the miracle of Warsaw, razed to the ground on Hitler's orders and restored to its old glory, brick by brick, from original plans.

He also enjoys the pleasures Poland has to offer, accepting a cameo role on stage with one of Poland's most famous cabaret groups, driving a steam loco on the Polish rail network out of Poznan during rush hour, and appearing on Polish breakfast TV, where he takes a Polish lesson from a Londoner who went to work in Poland and learned the language by drinking with Poles