Friday, 27 February 2015

Les rêves dansants - Des adolescents interprètent "Kontakthof", une pièce de Pina Bausch réalisé par Anne Linsel



Des adolescents interprètent une des plus célèbres pièces de Pina Bausch sur la quête amoureuse, "Kontakthof". Vus des coulisses, naissance d'une passion et premiers émois dansés. La timidité des uns, la hardiesse des autres, les pudeurs qui hésitent à s'affranchir composent à elles seules un ballet d'une grâce infinie.

Les rêves dansants est d'abord le film d'un émouvant paradoxe : les dernières images et l'ultime interview de Pina Bausch avant sa disparition en juin 2009 la montrent en compagnie de lycéens découvrant la danse et ses exigences. Un bain de jouvence et un retour aux sources, où la célèbre chorégraphe se retrouve avec une évidente tendresse face à la fraîcheur et la timidité de débutants. En 2008, des adolescents de la région de Wuppertal répètent Kontakthof, une de ses plus célèbres pièces montée en 1978, puis reprise avec des amateurs en 1999 dans une version "pour dames et messieurs de plus de 65 ans". Avec des jeunes gens, l'enjeu est diamétralement opposé : Kontakthof évoque l'amour et ses violences, la découverte de l'autre et l'attirance des corps… Exactement ce que vivent les apprentis danseurs avec l'intensité des premières fois. "Pour moi, la danse est une terre inconnue", confesse l'un d'eux. Cette double découverte, celle de la vie synchrone avec celle de la danse qui la transcende, est le véritable enjeu du film, qui s'attache avant tout aux répétitions. La timidité des uns, la hardiesse des autres, les pudeurs qui hésitent à s'affranchir composent à elles seules un ballet d'une grâce infinie. La présence bienveillante et sans condescendance de Pina Bausch (et de deux anciennes pensionnaires de sa troupe) pousse les élèves à se dépasser sans traumatisme. Loin des séquences-phare de Billy Elliott, qui semblent avoir marquées tout une génération, c'est la naissance d'une passion que les caméras des Rêves dansants parviennent à capter.

Kraftwerk - Pop Art réalisé par Simon Witter & Hannes Rossacher



À l'aube des années 1970, en pleine vague hippie, Kraftwerk inventa la musique électronique. Fuyant l'exposition médiatique, le quatuor expérimental de Düsseldorf n'en a pas moins révolutionné la pop. Décryptage d'un groupe qui préféra très tôt être suivi que suiveur.

Dans une époque caractérisée par un certain vide culturel, les fondateurs de Kraftwerk cherchent à exprimer leurs idées novatrices et leurs obsessions à travers des formes inédites. Fondé en 1970, le groupe s'empare des rouages de la pop commerciale pour s'affirmer à l'avant-garde. Pionnier de la musique électro, Kraftwerk invente la musique du futur en se projetant déjà à l'ère du tout numérique. Longtemps avant l'apparition des premiers téléphones portables, le groupe prédisait ainsi l'avènement d'une époque où les ordinateurs nous relieraient au monde, où notre perception serait guidée par des pixels lumineux, et où notre environnement sonore consisterait en un bruit de fond généré par des machines. De même, les textes de leurs premières chansons annonçaient la contraction du langage à laquelle nous assistons avec les SMS. Visionnaire, expérimental et radical, mais en même temps commercial et parfaitement adapté à l'univers des clubs, leur son électronique a influencé nombre d'artistes majeurs d'aujourd'hui.

De la scène au musée
Rythmé par les commentaires des plus grands spécialistes de la culture pop – le journaliste Paul Morley, la commissaire de la Tate Modern Catherine Wood, le photographe du groupe Peter Boettcher, le gourou du graphisme Neville Brody, Holger Czukay, du groupe Can, le DJ français François Kevorkian ou Derrick May, représentant de la scène techno de Detroit –, foisonnant d'archives et d'images illustrant les thèmes chers au groupe (mouvement, communication, automatisation, coexistence entre homme, nature et technologie…), ce film décrypte les contradictions qui fondent l'essence de Kraftwerk. Des extraits exclusifs de leur série de concerts "Der Katalog 1 2 3 4 5 6 7 8", donnés à la Tate Modern à Londres en février dernier, complètent ce tour d'horizon.

Restons en bons thermes ! - Le triangle des bains en Bohème réalisé par Marion Schmidt



Karlsbad – aujourd’hui Karlovy Vary –, Marienbad et Franzensbad, tel était au XIXe siècle le fameux triangle thermal de Bohême qui attirait les curistes les plus en vue, du tsar Alexandre de Russie à Karl Marx en passant par Sissi et Freud. Aujourd’hui, la clientèle est essentiellement russe. Ces nouveaux riches, qui connaissent depuis longtemps les vertus des sources chaudes, ont massivement investi dans les bâtiments et les installations thermales et leur ont redonné leurs couleurs pastel et leur splendeur passée

Wednesday, 25 February 2015

London Fashion Week 2015 - Gareth Pugh



Watch the Gareth Pugh show for Autumn/Winter 2015 at London Fashion Week.

Le baobab, géant de la savane réalisé par Michael R. Gärtner



Ses dimensions impressionnantes, avec un tronc qui peut atteindre 30 mètres de circonférence, sa résistance à la sécheresse et sa longévité exceptionnelle, puisqu'il peut vivre plus de mille ans, font du baobab africain un arbre sacré dans de nombreuses sociétés.

Tuesday, 24 February 2015

Céréales, pas de bol pour le petit-déj! réalisé par Ghislaine Buffard



En 30 ans, les céréales sont devenues le produit star des petits déjeuners français. Mais derrière une image soigneusement entretenue de produit équilibré et bénéfique pour la santé, se cachent souvent des recettes aux taux de sucre et de matière grasse élevés, qui contribuent fortement à l'obésité. Ce documentaire propose une enquête approfondie sur un business dans lequel les géants Nestlé et Kellogg's s'affrontent à coups de millions d'euros de publicité et de lobbying jusqu'au sommet de l'Etat.

Münchhausen, le baron du mensonge réalisé par Kai Christiansen



On connait les aventures loufoques de Münchhausen, le baron qui galope sur un demi-cheval ou fait pousser un cerisier sur la tête d’un cerf. Moins connu est son inspirateur de chair et d’os, Hieronymus von Münchhausen, qui servit dans l’armée tsariste jusqu’en 1750, puis revint à 30 ans en Allemagne couler des jours tranquilles… Tranquilles ? Ses récits au coin du feu inspirèrent un recueil relevant plus du tissu d’affabulations que du récit de campagne. Qui tenait donc la plume ? Le réalisateur se lance sur la piste du mystérieux littérateur qui a valu à l’aventurier au sang bleu une célébrité dont il se serait bien passé. Un descendant de Hieronymus et le réalisateur Terry Gilliam, qui a porté à l’écran Les aventures du baron de Münchausen en 1988, reviennent sur sa postérité dans la chronique familiale et dans l’imaginaire collectif. Leurs témoignages alternent avec des reconstitutions dans lesquelles l’acteur allemand Ben Becker campe le supposé mythomane en lion des salons plus vrai que nature. Se jouant des faux-semblants, le film conte avec humour l’histoire du vrai baron et celle d’un siècle charnière, où le pouvoir de la noblesse vacille.

Classe moyenne, des vies sur le fil (2/3) Les rêves déçus réalisé par Frédéric Brunnquell



Le quotidien de quatre familles de la petite classe moyenne, ébranlées par la crise et confrontées à la peur du déclassement social. Cette série documentaire en trois volets pose un regard profondément humain sur ces vies précarisées. Deuxième volet : Sans répit.

Jacqueline, abonnée aux contrats à durée déterminée, appréhende de se retrouver une nouvelle fois sans emploi – et sans ressources jusqu’au versement de ses allocations chômage. Régis, lui, s’est octroyé quelques jours dans le sud de la France, pour prendre du recul sur leur situation avec l’aide d’un ami. De son côté, Jean-Philippe, délégué du personnel, se rend à Paris pour participer à une manifestation contre la direction d’Aldi, qui étrangle ses salariés. À Lyon, Gaëlle dresse un constat amer : il y a vingt ans, elle gagnait mieux sa vie qu’aujourd’hui. Elle complète ses revenus en proposant ses talents de masseuse aux passants et espère vendre sa nouvelle pièce à des théâtres. Catherine, la marchande de journaux parisienne, est rongée par le désespoir. Subira-t-elle le même sort que les 8 500 petits commerces qui ont mis la clé sous la porte en 2013 ? Malgré son investissement, sa boutique lui rapporte moins de 600 euros par mois et la société qui lui livre la presse lui réclame une importante somme d’argent.

En France, dix millions de personnes forment la petite classe moyenne, oubliée des statistiques et ignorée des politiques. En équilibre instable sur un fil, compte tenu de leurs faibles revenus (à peine au-dessus du seuil de pauvreté, soit 1 200 euros pour une personne seule et 2 600 pour une famille avec deux enfants), ces hommes et ces femmes se démènent pour ne pas sombrer dans la misère. Frappés de plein fouet par la crise, ils ont vu leur niveau de vie se dégrader. Comment, dès lors, faire comprendre aux enfants qu’on ne peut plus consommer comme avant ? Comment préserver l’harmonie au sein de la cellule familiale quand l’épuisement se fait sentir et que l’angoisse de l’avenir vous tenaille ? Et comment trouver la force de se réinventer quand l’estime de soi a déserté ? Frédéric Brunnquell a partagé les difficultés de quatre familles pendant sept mois, à Lille, Paris, Lyon et Nancy, recueillant leurs témoignages et capturant des instantanés du quotidien. Il propose ainsi, au fil des épisodes, un regard sensible sur la crise et les coups qu’elle assène à une partie de la classe moyenne, dont les efforts, hier synonymes de promesse d’aisance économique et d’élévation sociale, semblent ne plus payer.

Classe moyenne, des vies sur le fil (3/3) La vie malgré tout réalisé par Frédéric Brunnquell



Le quotidien de quatre familles de la petite classe moyenne, ébranlées par la crise et confrontées à la peur du déclassement social. Cette série documentaire pose un regard profondément humain sur ces vies précarisées. Troisième et dernier volet : La vie malgré tout.

Régis a reçu une proposition alléchante : prendre la direction d’un restaurant aux Canaries. Alors qu’il prépare son départ en rêvant à un avenir meilleur, Jacqueline compte sur le coup de feu de Noël pour décrocher un poste de vendeuse. Toujours frustrée par le système absurde qui lui interdit de choisir les titres qu’elle vend, Catherine tient bon malgré tout. Jean-Philippe, lui, amorce un nouveau départ en préparant le concours d’inspecteur du travail, sous le regard bienveillant d’Isabelle. De son côté, Gaëlle, qui a réussi à monter sa pièce, attend un quatrième garçon, fruit de son union avec Romuald, lui-même père de deux enfants.

En France, dix millions de personnes forment la petite classe moyenne, oubliée des statistiques et ignorée des politiques. En équilibre instable sur un fil, compte tenu de leurs faibles revenus (à peine au-dessus du seuil de pauvreté, soit 1 200 euros pour une personne seul et, 2 600 pour une famille avec deux enfants), ces hommes et ces femmes se démènent pour ne pas sombrer dans la misère. Frappés de plein fouet par la crise, ils ont vu leur niveau de vie se dégrader. Comment, dès lors, faire comprendre aux enfants qu’on ne peut plus consommer comme avant ? Comment préserver l’harmonie au sein de la cellule familiale quand l’épuisement se fait sentir et que l’angoisse de l’avenir vous tenaille ? Et comment trouver la force de se réinventer quand l’estime de soi a déserté ? Frédéric Brunnquell a partagé les difficultés de quatre familles pendant sept mois, à Lille, Paris, Lyon et Nancy, recueillant leurs témoignages et capturant des instantanés du quotidien. Il propose ainsi, au fil des épisodes, un regard sensible sur la crise et les coups qu’elle assène à une partie de la classe moyenne, dont les efforts, hier synonymes de promesse d’aisance économique et d’élévation sociale, semblent ne plus payer.

Cern réalisé par Nikolaus Geyrhalter



À la frontière franco-suisse, entre le lac Léman et le massif du Jura, se cache sous terre une construction monumentale : un tunnel circulaire de 27 kilomètres de circonférence. Il accueille le LHC, le grand collisionneur de hadrons, l’accélérateur de particules le plus puissant au monde. Exploité par le Cern, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, qui fête ses 60 ans d’existence, il est considéré comme la machine la plus complexe que l’homme ait jamais construite. Le LHC fait entrer les protons en collision à une vitesse proche de celle de la lumière…

Une machine à remonter le temps
Pour alimenter son accélérateur, le Cern consomme l’équivalent en électricité d’une ville comme Genève. Le champ magnétique du LHC, lui, est cent mille fois plus fort que celui de la Terre… Entre chiffres démesurés et plans admirables sur des machines d’une complexité inouïe, le réalisateur nous guide à l’intérieur de cette "cathédrale des temps modernes" où fut découverte, entre autres, la particule de Higgs et inventé le World Wide Web. Filmés dans leur milieu de travail, physiciens, techniciens et administratifs font part de leur enthousiasme à l’idée de lever les mystères de la nature et de l’univers, grâce à un dispositif expérimental unique qui permet de remonter le temps…

Sunday, 22 February 2015

Carnaval à Salvador de Bahia - La beauté noire réalisé par Luis Miranda



Sur la côte nord-est du Brésil, Salvador de Bahia, "ville la plus noire" du pays, incarne le point de convergence des cultures européennes, africaines et amérindiennes. Son carnaval en est le symbole le plus fort. Il est aussi celui que les Brésiliens viennent fêter loin des artifices touristiques du carnaval de Rio. Pour la première fois, ce rassemblement sera l'occasion d'entendre battre le cœur de l’Afrique au rythme des batucadas : la communauté afro-brésilienne intègre les grands parcours et s’empare de la ville après plus de quarante ans de lutte contre la discrimination raciale. Les protagonistes du documentaire, qu’ils soient musicien, chanteur ou danseur, incarnent des figures emblématiques de la population noire de Salvador. Une véritable expérience sensorielle, intimiste et spectaculaire.

Classe moyenne, des vies sur le fil (1/3) Les rêves déçus réalisé par Frédéric Brunnquell



Le quotidien de quatre familles de la petite classe moyenne, ébranlées par la crise et confrontées à la peur du déclassement social. En trois volets, un regard profondément humain sur ces vies précarisées. Premier volet : Les rêves déçus.

À Lille, Régis, qui dirigea autrefois des restaurants, multiplie les heures comme serveur dans une brasserie afin de subvenir aux besoins de sa famille. Sa femme, Jacqueline, est vendeuse à temps partiel dans une boutique du centre-ville. Près de Nancy, Jean-Philippe connaît l’enfer de l’endettement depuis que son employeur, une chaîne de hard discount, a amputé son salaire de 25 %. Isabelle, sa femme, visiteuse médicale à mi-temps, faute de mieux, culpabilise de ne pouvoir travailler plus. Metteuse en scène à Lyon et mère célibataire de trois enfants, Gaëlle alterne phases de confort et périodes de vaches maigres. Quant à Catherine, marchande de journaux à Paris dans le 14e arrondissement, elle tente tant bien que mal de sauvegarder son commerce, ouvert grâce aux indemnités de licenciement perçues à la fermeture de Marks & Spencer. Fragilisés par la crise, tous échafaudent des stratégies pour s’en sortir : Régis économise le moindre centime de pourboire, Jean-Philippe retarde le paiement de ses factures, Gaëlle sous-loue une chambre de son appartement, et Catherine compte sur le soutien des habitants du quartier.

En France, dix millions de personnes forment la petite classe moyenne, oubliée des statistiques et ignorée des politiques. En équilibre instable sur un fil, compte tenu de leurs faibles revenus (à peine au-dessus du seuil de pauvreté, soit 1 200 euros pour une personne seule et 2 600 pour une famille avec deux enfants), ces hommes et ces femmes se démènent pour ne pas sombrer dans la misère. Frappés de plein fouet par la crise, ils ont vu leur niveau de vie se dégrader. Comment, dès lors, faire comprendre aux enfants qu’on ne peut plus consommer comme avant ? Comment préserver l’harmonie au sein de la cellule familiale quand l’épuisement se fait sentir et que l’angoisse de l’avenir vous tenaille ? Et comment trouver la force de se réinventer quand l’estime de soi a déserté ? Frédéric Brunnquell a partagé les difficultés de quatre familles pendant sept mois, à Lille, Paris, Lyon et Nancy, recueillant leurs témoignages et capturant des instantanés du quotidien. Il propose ainsi, au fil des épisodes, un regard sensible sur la crise et les coups qu’elle assène à une partie de la classe moyenne, dont les efforts, hier synonymes de promesse d’aisance économique et d’élévation sociale, semblent ne plus payer.

Saturday, 21 February 2015

Le bonheur au travail réalisé par Martin Meissonnier



Dans le marasme ambiant qui paralyse le monde du travail, certains chefs d'entreprise ont innové pour le bien-être de leurs salariés. Une démarche qui remet l'homme au centre de la production.

Qui, aujourd'hui, peut se vanter d'être heureux sur son lieu de travail ? Certainement pas les 31% de salariés "activement désengagés" – ceux qui ont une vision négative de leur entreprise et peuvent aller jusqu'à lutter contre les intérêts de cette dernière. Inspiré de l'armée, le modèle d'organisation du travail visant à contrôler l'ensemble des salariés en leur attribuant des tâches limitées a peu changé depuis la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, employeurs comme employés doivent s'accommoder d'un système archaïque qui ne correspond plus à personne : ni efficace, ni rentable. Toutefois, au milieu de l'apathie générale causée par ce dérèglement, certains refusent la fatalité et travaillent à l'entreprise du futur.

Métro, boulot, bingo
Que peuvent avoir en commun le ministère de la Sécurité sociale belge, le géant indien HCL et Chronoflex à Nantes, leader en France du dépannage de flexibles hydrauliques ? Toutes sont des entreprises "libérées". Leur principe : la suppression de toute hiérarchie intermédiaire doublée d'une autonomie totale des salariés à propos des décisions prises pour améliorer leur productivité. Par ailleurs, leurs leaders sont choisis par les salariés. Et cela marche : la croissance de ces sociétés est relancée de manière assez spectaculaire ; les bonus, augmentations et dividendes ne tardent pas à tomber. Martin Meissonnier filme les femmes et les hommes qui, malgré le pessimisme général, ont su sortir du cadre établi pour inventer de nouvelles formes d'organisation du travail. Une bouffée d'air frais bienvenue.

Friday, 20 February 2015

Les mystères du tarot de Marseille réalisé par Philippe Truffault & Christophe Poncet



Instrument privilégié de la cartomancie, encore utilisé aujourd'hui par les diseuses de bonne aventure, le tarot de Marseille exerce depuis des siècles un puissant pouvoir de fascination. Ses vingt-deux étranges figures d’atouts semblent poser autant d’énigmes. Que signifient-elles ? Qui les a créées ? Dans quel but ? Le film explore l’histoire secrète de ces cartes, à travers la Florence des Médicis, l’art de Botticelli et la philosophie de Platon. Au fil de l’enquête, le jeu énigmatique se révèle être le véhicule d’un enseignement ésotérique d’ancienne sagesse. Celui de Marsile Ficin, l'un des plus grands philosophes de la Renaissance, féru d'astrologie et qui dirigea l'Académie néoplatonicienne de Florence.

Envoûtements
Rythmé, fourmillant d'anecdotes et visuellement envoûtant, ce documentaire explore les bibliothèques, musées, châteaux et autres églises abritant des trésors de la Renaissance italienne et de l'Antiquité grecque. Dans un voyage aux allures de thriller, Philippe Truffault et Christophe Poncet nous emmènent en Hongrie, à Paris, à Berlin, et bien sûr, à Florence. S'offre ainsi à nos yeux une fresque botticellienne que l'on croyait disparue à jamais, retrouvée dans les profondeurs d'un château hongrois. Des ouvrages vieux de plusieurs siècles sont exhumés. De grands noms de la Renaissance italienne sont invoqués... Une plongée spirituelle et artistique dans un âge d'or révolu.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Carolina Herrera



Fashion show looks from the Carolina Herrera FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Libertine



Fashion show looks from the Libertine FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Prabal Gurung



Fashion show looks from the Prabal Gurung FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

Thursday, 19 February 2015

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Anna Sui



Fashion show looks from the Anna Sui FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

Wednesday, 18 February 2015

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Lupe Gajardo



Fashion show looks from the Lupe Gajardo FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - The Art Institutes



Fashion show looks from the The Art Institutes FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Jonathan Simkhai



Watch the Jonathan Simkhai Fall/Winter 2015 runway show in New York.

Le mobilier de Versailles - Du Roi-Soleil à la Révolution réalisé par Fabrice Hourlier



Si Versailles nous était conté... à travers son mobilier ! Ce documentaire aux techniques novatrices fait revivre des pièces uniques qui racontent d’étonnantes histoires.

Voilà une affaire de rois, de reines et d’illustres artisans, avec bien des secrets. Et un pari relevé : la reconstitution de certaines œuvres disparues grâce à la magie des images de synthèse. Ce nouveau documentaire de Fabrice Hourlier (Napoléon, la campagne de Russie) traverse les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI pour nous entraîner à la découverte de six chefs-d’œuvre des XVIIe et XVIIIe siècles. Il nous dévoile notamment le faste du mobilier d’argent du Roi-Soleil et son extraordinaire commode en écailles de tortue et entrelacs de laiton, une horloge astronomique, véritable miracle de sciences, ainsi que le meuble alors le plus emblématique de l’artisanat français, conçu pour Louis XV : "le bureau du roi". Sans oublier le mobilier aux épis et le grand serre-bijoux de la reine Marie-Antoinette, d’une délicatesse inégalée.

Créateurs de l'ombre
Toutes ces pièces exceptionnelles d’orfèvrerie, d’ébénisterie, de menuiserie ou d’horlogerie sont emblématiques de l’esprit et de la beauté du style versaillais. Mais si l’on connaît bien le château à travers l’histoire des souverains qui y ont séjourné, qui se souvient de Claude Ballin, d'André-Charles Boulle, de Claude-Siméon Passemant, de Jean-François Oeben, de Jean-Henri Riesener, de Georges Jacob, ou encore de Jean-Ferdinand Schwerdfeger ? Hommage à ces créateurs talentueux qui exécutaient dans l’ombre les œuvres royales, le film est un voyage au temps de la monarchie, qui dévoile les techniques et le talent d’artistes du passé et témoigne d’une manière unique des goûts personnels de leurs illustres commanditaires.

Tout sur mon père Max Linder réalisé par Jean-Michel Meurice



Nourrie de nombreux extraits de films, une histoire de cinéma, d’amour et de fidélité racontée par Maud Linder, la propre fille du roi du burlesque.

Max Linder, ami et modèle de Chaplin, est l’un des plus grands acteurs comiques du cinéma muet, mais aussi l’un de ses auteurs les plus prolifiques, avec plus de cinq cents films à son actif. Il s’est suicidé par amour à 42 ans, en pleine gloire, entraînant dans la mort sa toute jeune femme de 20 ans. Maud Linder, leur fille, était âgée d’à peine seize mois au moment du drame, en 1925. Mais ce n’est que vingt ans plus tard, grâce à Henri Langlois, qu’elle découvre qui était son père – dont l’œuvre, entretemps, a été effacée par l’arrivée du cinéma parlant. Dès lors, elle consacrera sa vie et son énergie à collecter et à restaurer ses films, et à faire retrouver à son père sa place parmi les grands créateurs du septième art – un art qui lui doit notamment l’invention de la comédie légère. Plaçant le récit de l’enfance rocambolesque de Maud Linder au cœur de son documentaire, Jean-Michel Meurice nous invite à (re)découvrir de l’œuvre d’un roi du burlesque frappant de modernité.

Monday, 16 February 2015

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Academy of Art University



Fashion show looks from the Academy of Art University FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Vivienne Hu



Fashion show looks from the Vivienne Hu FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Custo Barcelona



Fashion show looks from the Custo Barcelona FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

Saturday, 14 February 2015

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Lacoste



Fashion show looks from the Lacoste FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

Friday, 13 February 2015

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Charity Water Show



Fashion show looks from the CHARITY WATER FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - Mongol



Fashion show looks from the MONGOL FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

New York Mercedes-Benz Fashion Week 2015 - BCBGMAXA Ria



Fashion show looks from the BCBGMAXAZRIA FW 2015 Collections at Mercedes-Benz Fashion Week in New York.

Thursday, 12 February 2015

Sempé, rêver pour dessiner réalisé par Françoise Gallo



Plus de quarante ans de carrière, une trentaine d'albums, des milliers de dessins publiés dans d'innombrables revues françaises et étrangères… Tout le monde a un jour souri devant un dessin de Sempé.

Ce grand rêveur n'aurait jamais cru que ses œuvres feraient ainsi le tour du monde. Jean-Jacques Sempé l'autodidacte a commencé par passer tous les concours possibles… et à se faire recaler à chaque fois. Celui qui se décrit comme un obstiné, décide alors de persévérer dans le dessin.

En 1962, il publie chez Denoël son premier album "Rien n'est simple" et commence une carrière de dessinateur de presse. Avec succès, puisqu'il collabore notamment à Paris-Match et au mythique New Yorker à partir de 1979.

Sempé est également connu, surtout des plus jeunes, grâce au Petit Nicolas, personnage qu'il a créé au début des années 60 avec René Goscinny. Les colonies de vacances, l'école, les copains… Pour Sempé, le Petit Nicolas représente "une forme d'enfance rêvée, une innocence qui n'existe pas", cette période de la vie étant selon lui très dure en réalité.

Entre Paris et New York, ce documentaire suit le dessinateur préféré des Français. Un succès certainement dû à la tendresse de ses dessins, à ses personnages un peu perdus au milieu des grandes villes. De nombreuses personnalités des médias, fans de Sempé, viennent apporter leur témoignage.

Vivement le cinéma réalisé par Jérôme Prieur



Un fabuleux voyage dans la préhistoire du cinéma, racontée par un précurseur oublié, Étienne-Gaspard Robertson.

Le cinéma a été découvert au terme d’un foisonnement d’expériences et d’inventions qui a abouti, presque par accident, à l’invention par les frères Lumière, en 1895, du cinématographe, et aux féeries des premiers films de Méliès. Cent ans plus tôt, à la fin du Directoire, le physicien-aéronaute Étienne-Gaspard Robertson donnait déjà des séances de projection de sa "Fantasmagorie". Perfectionnant la lanterne magique, il faisait danser les diables et les spectres dans la nuit artificielle… D’outre-tombe (avec la voix du comédien Grégory Gadebois), il raconte comment, après lui, savants ou illusionnistes, artistes, photographes, inventeurs, tels Joseph Plateau, Émile Reynaud, Eadweard Muybridge, Étienne-Jules Marey ou Thomas Edison, cherchent à attraper le secret du mouvement. Leurs images fragiles et précieuses sont la préhistoire du cinéma.

Ressusciter les morts
"J'ai assuré que je ressusciterai les morts, je les ressusciterai." C'est la promesse qu'Étienne-Gaspard Robertson aurait faite au public en 1798, avant de présenter sa lanterne magique révolutionnaire. Cinéaste et écrivain, Jérôme Prieur (coréalisateur, entre autres, de Corpus Christi) a redonné vie, plus de deux siècles plus tard, à ce précurseur oublié et à tous ceux qui lui ont emboîté le pas, rêveurs et inventeurs, célèbres et oubliés. Ce voyage mouvant dans la préhistoire du cinématographe s'inspire de ses propres livres, Séance de lanterne magique (Gallimard) et Le spectateur nocturne, une anthologie (Éditions des Cahiers du cinéma).

Tuesday, 10 February 2015

L'architecture climatique: Construire pour demain réalisé par Ariane Riecker



Alors que la météo se déchaîne, l’architecture remplit-elle encore son rôle protecteur? Architectes et ingénieurs du monde entier s’interrogent : comment construire pour demain?

Le niveau des mers monte, les océans se réchauffent, les tempêtes et les précipitations deviennent plus violentes, les sécheresses plus fréquentes. Le réchauffement climatique a des conséquences à la fois humaines et financières. L’ouragan Katrina a coûté 80 milliards de dollars et le typhon Haiyan a tué plus de 5 000 personnes. Comment se protéger des aléas du climat ? À Hong Kong, l’Américain Ted Givens a imaginé une maison qui ne craint pas les ouragans: elle s’enfonce dans le sol en cas de danger. "Nous vivons dans un monde où tout est mobile: nous, nos voitures, nos ordinateurs. Pourquoi pas nos maisons? Pendant des siècles, il n’y a pas eu d’innovation en architecture. Si les missionnaires débarquaient à nouveau en Amérique, ils ne seraient pas très surpris." De son côté, le Néerlandais Koen Oldhuis construit des maisons, des stades, des mosquées et des terrains de golf partout dans le monde. Particularité de ses bâtiments? Ils sont flottants. Koen Oldhuis compte ainsi sauver Venise et les Maldives des eaux: "Regardez donc les grands paquebots de croisière: trois mille à quatre mille personnes vivent dans ces immeubles flottants. Construire sur l’eau pour cent personnes? Un jeu d’enfant. La seule condition : être prêt à quitter la terre ferme." En plus de dessiner des maisons autonomes en énergie, zéro émissions et entièrement recyclables, le professeur Werner Sobek cherche à concevoir des bâtiments intelligents sur le modèle du corps humain. Son objectif : imaginer une architecture qui ne nuit pas à la planète et à ses ressources.

Les Gnostiques, La Construction du Christianisme, et L'Invention de Jésus par Michel Onfray



Trois lectures en succession de Michel Onfray concernant l'historicité de Jésus comme homme, l'histoire du christianisme, et des gnostiques.

Chaque emission est environs 1h de longueur.
  1. L'Invention de Jesus 
  2. La Construction du Christianisme 
  3. L'archipel des gnoses

Dans les coulisses du Paris Rive Gauche réalisé par Laurent Lefebvre



Romantique, féerique, cutlurelle : Paris rayonne à travers le monde, son image nourrissant un imaginaire riche de superlatifs. Surtout lorsqu'on évoque l'âme de la capitale française, des endroits emblématiques comme Saint-Germain-des-Prés, le jardin du Luxembourg, Montparnasse ou le Quartier latin. Mode, arts, culture et bistrots semblent s'y être donné rendez-vous, tout comme les étudiants, les artistes et les intellectuels. Les touristes évoquent le Paris romantique, où il fait bon vivre et flâner au gré des ruelles. La famille de la Rive gauche ouvre ses portes, dressant elle-même le portrait d'un quartier très vivant.

Monday, 9 February 2015

Milan Men’s Fashion Week Fall/Winter 2015-16: John Richmond



MILAN - See the latest menswear from John Richmond on the runway at Milan Men’s Fashion Week Fall/Winter 2015-16. “Sartorial elegance takes center stage” in this “well groomed and precise” collection.

Sunday, 8 February 2015

Quand les langues disparaissent... des voix qui s'éteignent réalisé par Kim Moo-sung



Quand une langue disparaît, c'est une partie de notre humanité qui s'efface. Démonstration de l'Alaska à la Papouasie-Nouvelle Guinée. Cette première partie s'intéresse au processus qui conduit à la disparition rapide des langues et des cultures.

Cette première partie s'intéresse au processus qui conduit à la disparition rapide des langues et des cultures. En Alaska, le mode de vie ancestral des Yupiks est modifié en partie à cause du réchauffement climatique, qui a entraîné la disparition des rennes. Seules quelques personnes âgées parlent encore le yupik. En Papouasie-Nouvelle Guinée, là où s'élevait la forêt humide, s'étendent désormais des exploitations d'ananas : celles-ci ont favorisé l'émergence d'un nouveau système d'échange et obligé les gens de la forêt à délaisser leur langue originelle. En Micronésie, un ensemble d’îles du Pacifique nord-ouest, le constat est identique : là où l'homme se contentait pour vivre de ce que lui prodiguait son environnement, un système économique plus complexe a introduit l'argent. Finalement, la population s'en trouve appauvrie et les plus âgés ne transmettent plus aux jeunes la langue des ancêtres. En Australie, sur les deux cents cinquante langues aborigènes, seulement trente sont aujourd'hui encore parlées par des enfants. En Sibérie, le peuple Negidal s'est vu interdire la pratique de sa langue par le régime soviétique. À Khabarovsk, nous rencontrons la dernière femme parlant le negidal. Elle a 73 ans...

Big earth data: Une solution pour la planète? réalisé par Tamar Baumgarten



Les mégadonnées ("big data") portent l’espoir d’une connaissance sans précédent de notre planète. Mais les défis restent nombreux : il s’agit de recueillir l’information en continu, de stocker et de transférer des masses de données phénoménales, de parvenir à les harmoniser, de les exploiter à temps. Enfin, l’interprétation de ces données s’avère souvent délicate...

À l'ère du numérique, nous disposons aujourd'hui de puissants outils informatiques pour informatiser toujours plus le monde qui nous entoure. Les mégadonnées – ou "big data" – nous offrent un éclairage nouveau et passionnant sur notre planète. Gérer leur flot sera l'un des défis majeurs du XXIe siècle, défi qui mobilise déjà une grande partie de la communauté scientifique – mathématiciens, physiciens, informaticiens et chercheurs de terrain. Les champs d’application semblent infinis : prévoir l’arrivé de vagues géantes, surveiller les bateaux pollueurs ou étudier le développement des mégapoles grâce à des images vues du ciel, optimiser l’aide humanitaire dans des régions sinistrées en analysant les images de camps de réfugiés, utiliser les mesures d’un scanner laser pour prévenir des risques d’inondations… Si l’espoir est grand, les défis restent encore nombreux. Il s’agit en effet de recueillir l’information en continu, de stocker et de transférer des masses de données phénoménales, de parvenir à les harmoniser, de les exploiter à temps et de les archiver de manière efficace. Enfin, l’interprétation de ces données s’avère souvent délicate, impliquant toujours une marge d’erreur due à l’homme. Ce documentaire explore de nombreux projets porteurs d'espoir liés au "big data".

Combat d'amour en songe réalisé par Raoul Ruiz



9 histoires mathématiquement combinées.

Un jeune homme au cœur pur, partisan de la liberté d'esprit, est confronté à la pression sociale qui ordonne de s'enrichir a tout prix. Un groupe d'enfants aveugles tente d'ouvrir les yeux de non-croyants à la foi chrétienne. Des religieuses transforment leur couvent en maison close pour pouvoir en payer le loyer. Ce sont tous ces paradoxes qui transforment ce conte pour enfants en une fable philosophique.

Friday, 6 February 2015

Einstein on the Beach réalisé par Don Kent



Plusieurs mouvements musicaux illustrent des vignettes et des tableaux librement inspirés de la vie et des théories du célèbre mathématicien allemand Albert Einstein, dont la vision a transformé la pensée de son temps. L'opéra contient également des textes de Christopher Knowles, Samuel M. Johnson et Lucinda Childs.

Philip Glass / Compositeur
Robert Wilson / Metteur en scène
Lucinda Childs / Metteur en scène
Helga Davis / Soliste
Kate Moran / Soliste
Antoine Silverman / Soliste Michael Riesman / Chef d'orchestre
The Lucinda Childs Dance Company / Compagnie

Thursday, 5 February 2015

Paris Couture Fashion Week Spring/Summer 2015 - Serkan Cura



PARIS - Watch Serkan Cura at Paris Couture Fashion Week with a very sexy collection for Spring/Summer 2015.

Yanomami, une guerre d'anthropologues réalisé par José Padilha



Dans les années 1960, les anthropologues occidentaux fraîchement diplômés partent à la recherche des tribus les plus éloignées. Trente ans plus tard, la révélation des détails de cette rencontre entre deux mondes jette l'opprobre sur les institutions scientifiques...

Dans les années 1960, les anthropologues occidentaux fraîchement diplômés partent à la recherche des tribus les plus éloignées. Le bassin amazonien, qui était privé de tout contact avec la modernité, est alors envahi par un flot incessant de chercheurs et de journalistes. Les Indiens yanomami, qui restent aujourd’hui encore la tribu la plus étudiée au monde, ne voient pas leur arrivée d’un bon œil. Trente ans plus tard, la révélation des détails de cette rencontre entre deux mondes jette l’opprobre sur les institutions scientifiques, particulièrement en France et aux États-Unis : les intrusions en hélicoptères ont détruit de nombreux habitats ; certains chercheurs ont acheté la confiance des indigènes en leur fournissant des armes en tout genre ; leur présence a créé un désordre social et l’émergence de nouvelles maladies…

Le réalisateur brésilien José Padilha tente de faire toute la lumière sur cette sombre histoire en s’appuyant sur de nombreux extraits de films anthropologiques des années 1960, mais aussi sur des entretiens avec les témoins clés. Il a ainsi offert aux chercheurs accusés l’opportunité de se défendre, et a donné la parole aux Yanomami, restés silencieux jusque-là, pour leur permettre de livrer leur propre version. De cette confrontation naît un regard nouveau sur les interactions qui ont eu lieu entre le monde moderne et la culture traditionnelle, et une réflexion sur les limites de la recherche anthropologique.

La dette, une spirale infernale ? réalisé par Laure Delesalle



Au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce et de l’annonce par la BCE du rachat des dettes souveraines, une captivante enquête politico-financière aux accents de polar sur l'histoire et l'économie de la dette, qui confronte les points de vue européens sur les solutions envisageables à la crise actuelle

L’explosion de la dette publique hante l’Europe depuis la crise financière de 2007. Le risque d’une faillite de la Grèce et d’une contagion à d’autres pays de la zone euro a été mal géré par les gouvernements, trop hésitants et rarement d’accord sur la politique à suivre. Ce soutien tardif a déclenché la méfiance des marchés. Les politiques d’austérité ont stoppé l’hémorragie des déficits publics mais ont mis à genoux les économies du sud de l’Europe. La Grèce, le Portugal et l’Espagne se sont enfoncées plus profondément dans la crise. Mais comment est-on arrivé là ? Et qu’est-ce que la dette publique?

Restructurer la dette ?

En compagnie des économistes français Thomas Piketty et Bernard Maris, assassiné le 7 janvier, de la députée socialiste française Karine Berger, de l'anthropologue et militant anarchiste américain David Graeber et du député européen belge écologiste Philippe Lamberts, la réalisatrice Laure Delesalle propose un passionnant voyage dans les rouages de l’économie. Au contraire d'un plaidoyer "pour ou contre" la dette, son documentaire raconte son histoire de la fin du Moyen-Âge à nos jours et éclaire les dessous de la crise actuelle. Il lance également des pistes pour la résoudre et prémunir la zone euro de soubresauts futurs, en rappelant que l'endettement est vieux comme le monde. Aujourd’hui, rappelle le film, nous vivons tous à crédit : maisons, voitures, écoles, dépenses publiques, tout est financé par des emprunts. Aussi le débat sur les voies qui s'offrent à l'Europe pour restructurer les dettes existantes est-il essentiel. Cette passionnante enquête politico-financière éclaire une actualité relancée aujourd'hui par la victoire en Grèce du parti de la gauche radicale Syriza et l'annonce, le 22 janvier, du futur rachat des dettes souveraines par la Banque centrale européenne à hauteur de 1 000 milliards d’euros.

Les Gens du Monde réalisé par Yves Jeuland



Alors que la presse doit faire face aux grands bouleversements que représentent l’arrivée des blogs, tweets et autres révolutions du web, ce film propose une plongée au coeur du travail des journalistes du service politique du Monde, lors de la campagne électorale de 2012. Dans la rédaction comme sur le terrain, nous assistons ainsi aux débats qui traversent le grand quotidien du soir.

Spectateurs privilégiés des oppositions et des tensions de la rédaction, nous partageons aussi l’enthousiasme et les fous rires des journalistes, la fatigue et les doutes, le quotidien du quotidien.

Le portrait d’un métier en profonde mutation dans un des titres les plus prestigieux de la presse mondiale, qui s’apprête à fêter ses soixante-dix ans.

Wednesday, 4 February 2015

Les travers du porc réalisé par Pierre Toury



Le porc est la viande préférée des Français, qui en mangent 34 kilos chaque année. Pour beaucoup, il est synonyme de charcuteries, d'apéros entre copains, de barbecues en famille. Pour l'industrie agro-alimentaire, il correspond à un chiffre d'affaires de six milliards d'euros. Mais la filière est en crise depuis dix ans. Pour vendre une viande toujours moins chère, éleveurs, grands distributeurs et abattoirs se livrent une guerre impitoyable dans laquelle le grand perdant risque d'être le consommateur. En effet, 93 % du porc est aujourd'hui issu d'un élevage industriel. Espèce menacée, goût qui disparaît, qualité de viande médiocre, tout le monde y perd. Pourtant, gagner sa vie tout en respectant les animaux et les consommateurs, c'est aujourd'hui possible dans cette filière. Car si le cochon est dans le pré, le bonheur sera dans l'assiette!

Alerte au mercure réalisé par Sophie Bonnet



Le mercure se trouve partout, dans les produits d'hygiène, les jouets en plastique, les ampoules à économie d'énergie, les poissons, les amalgames dentaires. En effet, ce métal à l'état liquide est encore utilisé par les industriels en raison de ses nombreuses propriétés chimiques. Pourtant en 2007, l'OMS l'a classé parmi les dix substances les plus toxiques. Des études font désormais le lien avec des maladies neurologiques comme Alzheimer ou la sclérose en plaques. La plupart des pays européens ont adopté des mesures pour limiter son utilisation. Mais les autorités françaises tardent à réagir. Durant de longs mois, une équipe a enquêté dans les cabinets dentaires, les usines de recyclage d'ampoules et les poissonneries. Les résultats sont inquiétants.

Paris Couture Fashion Week Spring/Summer 2015 - Jean Paul Gaultier



PARIS - Watch Jean Paul Gaultier at Paris Couture Fashion Week with a very sexy collection for Spring/Summer 2015.

Tuesday, 3 February 2015

Pif l'envers du gadget réalisé par Guillaume Podrovnik



Véritable phénomène de presse des années 1970-1980, l'hebdomadaire Pif Gadget a incarné la tradition qui liait la BD au combat politique. Retour sur la saga d’un titre culte qui a inculqué des valeurs fondatrices à ses lecteurs.

Dès le début du XXe siècle, avant même le Front populaire, la France connut une tradition de "BD de gauche". Pif gadget en fut l'apogée. Lancé en 1969 par les Éditions Vaillant sous l'égide du Parti communiste français, le magazine jeunesse fut le phénomène d'édition le plus incroyable des années 1970-1980, flirtant parfois avec le million d'exemplaires. Quatre fois plus que Mickey, son rival le plus sérieux ! Militant et transmetteur de valeurs – humanistes et internationalistes –, novateur avec ses "gadgets" ("pois sauteurs du Mexique" et autres "pifises"), cet hebdomadaire initiatique brillait aussi par ses séries cultes (Pif, Gai-Luron, Rahan, fils des âges farouches et Docteur Justice) et les talents qui y publiaient : Goscinny, Gotlib, Mandryka, Uderzo et même Hugo Pratt… Mais le succès provoque une lutte interne entre artistes et marketing, d'autant que Pif et ses licences internationales rapportent beaucoup d’argent au PCF. En retraçant son extraordinaire épopée sur le mode "Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes", et à travers les témoignages émus d’anciens lecteurs qui ont grandi avec lui et d’acteurs du journal, ce documentaire jubilatoire illustre sa modernité. Au faîte de sa gloire, le magazine racontait son époque : l’engouement pour le plastique du début des années 1970 avec le gadget, l’émergence de l’érotisme dans ses pages, la sensibilisation progressive des lecteurs à l’écologie... Avant le déclin dans les années 1980, jusqu’à la chute, concomitante à celle de l’URSS.

Paris Men’s Fashion Week Fall/Winter 2015-16 - Études Studio



PARIS - See the latest menswear from Etudes Studio on the runway at Paris Men’s Fashion Week Fall/Winter 2015-16.

Les chemins de la beauté: Inde, au-delà de Bollywood réalisé par Pierre Combroux



De plus en plus d'Indiennes aspirent à échapper aux modèles traditionnels. Plusieurs d'entre elles livrent dans ce documentaire leur vision de la beauté indienne et commentent l'évolution d'une société dont les femmes veulent être les actrices du changement.

Dans un pays ou la religion façonne le quotidien, la beauté résonne d'un écho divin et la représentation de la femme traduit toujours un idéal de fertilité. Pourtant, de plus en plus de femmes aspirent à une autre vie, dégagée des modèles traditionnels. Pierre Combroux rencontre une des plus grandes danseuses traditionnelles, une réalisatrice, une designer, une jeune héritière d’une influente famille bengali, une reine de beauté : chacune d’elles livre sa vision de la beauté indienne et commente l'évolution d'une société dont les femmes veulent être les actrices du changement.

L'architecture climatique, construire pour demain réalisé par Ariane Riecker



Alors que la météo se déchaîne, l’architecture remplit-elle encore son rôle protecteur? Architectes et ingénieurs du monde entier s’interrogent: comment construire pour demain?

Le niveau des mers monte, les océans se réchauffent, les tempêtes et les précipitations deviennent plus violentes, les sécheresses plus fréquentes. Le réchauffement climatique a des conséquences à la fois humaines et financières. L’ouragan Katrina a coûté 80 milliards de dollars et le typhon Haiyan a tué plus de 5 000 personnes. Comment se protéger des aléas du climat? À Hong Kong, l’Américain Ted Givens a imaginé une maison qui ne craint pas les ouragans: elle s’enfonce dans le sol en cas de danger. "Nous vivons dans un monde où tout est mobile: nous, nos voitures, nos ordinateurs. Pourquoi pas nos maisons? Pendant des siècles, il n’y a pas eu d’innovation en architecture. Si les missionnaires débarquaient à nouveau en Amérique, ils ne seraient pas très surpris." De son côté, le Néerlandais Koen Oldhuis construit des maisons, des stades, des mosquées et des terrains de golf partout dans le monde. Particularité de ses bâtiments? Ils sont flottants. Koen Oldhuis compte ainsi sauver Venise et les Maldives des eaux: "Regardez donc les grands paquebots de croisière: Trois mille à quatre mille personnes vivent dans ces immeubles flottants. Construire sur l’eau pour cent personnes? Un jeu d’enfant. La seule condition: être prêt à quitter la terre ferme." En plus de dessiner des maisons autonomes en énergie, zéro émissions et entièrement recyclables, le professeur Werner Sobek cherche à concevoir des bâtiments intelligents sur le modèle du corps humain. Son objectif: imaginer une architecture qui ne nuit pas à la planète et à ses ressources.

Monday, 2 February 2015

Paris Fashion Week 2015: Viktor&Rolf



(start at 53 sec.)

Janvier 28 à 16h00, Viktor & Rolf présentait leur dernière collection de haute couture au Palais de Tokyo durant la Fashion Week de Paris.

Japanese Delight réalisé par Luc Riolon



Le meilleur du hip-hop japonais, filmé lors de la Biennale de la Danse de Lyon. Une révélation. Trois groupes se succèdent, avant de s’affronter pour un défi final "free style" : Mortal Combat (du breakdance issu de l’univers manga), Repoll:FX (dans un style 80s inspiré de la musique funk-soul et du swag de Cab Calloway) et Former Aktion (performeurs pratiquant le popping).

Dans sa version japonaise, le hip-hop se révèle sous sa forme la plus frontale, brute, sans dramaturgie, face public : aujourd’hui, les meilleurs danseurs du genre viennent du pays du soleil levant. Nouveaux gestes, virtuosité inouïe et références puisées dans les années 1980, mais aussi du côté des comédies musicales des années 1930 et 1940 : le hip-hop japonais s’impose comme une véritable encyclopédie du mouvement, mené par un sens de l’unisson époustouflant. Filmés en 2012 à la Biennale de la Danse de Lyon, trois groupes se succèdent, avant de s’affronter pour un défi final free style : Mortal Combat (du breakdance issu de l’univers manga), Repoll:FX (dans un style 80s inspiré de la musique funk-soul et du swag de Cab Calloway), Former Aktion (performeurs pratiquant le popping, qui se danse debout, sur le modèle de l’electric boogaloo).