Tuesday, 18 April 2017

Venise, Barcelone, Dubrovnik : les ravages du tourisme de masse réalisé par Antje Christ



Le tourisme de masse a envahi les villes d’Europe, étouffant de plus en plus leurs habitants. À travers les exemples de Venise, Barcelone et Dubrovnik, ce documentaire enquête sur un tourisme dont le modèle économique profite avant tout à des entreprises et à des investisseurs privés.

Depuis quelques années, le tourisme citadin en Europe connaît une explosion inédite. Ce secteur économique, parmi les plus florissants, prospère à la faveur de tendances lourdes : tarifs très bas des séjours, vols à prix cassés et développement fulgurant de la location participative. Dans les villes d’Europe, le tourisme génère 400 milliards d’euros de recettes par an. Mais qui profite réellement de cette manne ? De plus en plus d’habitants de cités au patrimoine unique voient leur lieu de vie progressivement ravagé par un tourisme de masse qui uniformise. Les prix de l’immobilier flambent et l’attrait de ces sites – culture locale, art de vivre, quartiers populaires authentiques – se réduit comme peau de chagrin. Parmi les exemples emblématiques : Venise, Barcelone et Dubrovnik.

Révolte des citoyens
Avec respectivement 30 millions, 10 millions et 1,7 million de visiteurs par an, ces villes étouffent littéralement sous le flot de vacanciers, et les autochtones se rebiffent. À Venise, l’initiative "No grandi navi" organise des manifestations contre le passage incessant de monstrueux paquebots de croisière qui polluent et fragilisent les fondations de la ville. À La Barceloneta, un quartier de la métropole catalane, les habitants s’élèvent contre la conversion d’appartements en locations de vacances, qui fait grimper artificiellement le prix des loyers : la municipalité est d’ailleurs entrée en guerre contre Airbnb et autres plates-formes "communautaires". Quant à Dubrovnik, certains y redoutent la privatisation du port historique de la ville. À travers l'exemple de ces trois cités, ce film enquête sur un tourisme dont le modèle économique profite avant tout à des entreprises et à des investisseurs privés, au détriment des populations locales et, au bout du compte, des touristes eux-mêmes.

No comments:

Post a Comment